→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2021 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Pinto, c’est la pâte

Un feuilleton inédit pour PAM, signé Blick Bassy et illustré par Raphaëlle Macaron. 

Pinto et son groupe se préparent à jouer en première partie d’un grand concert. Pour finaliser les détails et le contrat, son manageur Bella a rendez-vous avec Penda, une des plus grandes promotrices du pays, et l’une des plus dures en affaires.

Penda, la promotrice (épisode 4)

Bella : Allo, salut Penda, comment vas-tu ? C’est Bella, juste pour te rappeler notre rendez-vous d’aujourd’hui. Oui, c’est pour le concert de samedi.

Penda : OK, donc tu m’appelles pour me rappeler qu’on a rendez-vous pourtant je sais que nous avons rendez-vous puisque c’est moi qui t’ai demandé de passer à 14 heures. Tu penses que je n’ai que ça à faire ?

Bella : Non je sais que… Merde, elle m’a raccroché au nez. Continuant pour lui-même : Si ce concert n’était pas important pour nous, je l’aurais annulé. Mais Penda est la promotrice la plus importante du pays, tous les artistes rêvent de jouer dans son festival… Pinto est censé préparer le concert du samedi, mais je sens qu’il va passer la semaine à faire la fête avec l’argent de la promo. Est-ce qu’il sera à la hauteur ? Est-ce qu’il sera assez préparé ? Il faut que je m’assure que les répétitions se déroulent bien…

Il compose le numéro de Pinto. 

Bella : Allo, yes gars c’est how ? Tu es où ? Comment ça ? Tu es encore chez toi ? J’ai réservé le studio pour six heures, c’est-à-dire de 10 heures à 16 heures. Il est midi et tu es encore chez toi gars ? Qui n’est pas là ? Le guitariste et le pianiste sont en retard ? Je comprends que tu attendes que tout le monde soit là, mais il faut que tu sois là-bas toi aussi pour motiver les gars. Gars, on est mercredi et le show est samedi : on ne peut pas passer à côté de cette opportunité ! OK, s’il te plaît dépêche-toi, en plus j’ai rdv tout à l’heure avec Penda la boss du festival, vous me stressez pôpô, en vrai ! Gars vas-y et tiens-moi au courant s’il te plaît, je vous rejoins après mon rdv. OK on fait comme ça !

Penda est installée derrière son bureau. Ses cheveux coiffés en mode afro et ses grosses lunettes rouges lui donnent un look de star de la pop new age. Elle est connue pour son professionnalisme bien que certains disent d’elle qu’elle fait partie des plus grosses feymen (escrocs camerounais) et qu’elle ne respecte jamais les contrats qu’elle signe avec les artistes. Son festival étant l’un des plus importants du pays, il reste l’une des scènes de diffusion les plus plébiscitées malgré la réputation de rapace de sa boss bien lookée. Bella est arrivé au rendez-vous avec trente-quatre minutes de retard. Penda l’a fait attendre sur un des fauteuils de la petite salle à café, séparée de son bureau par une baie vitrée. Au bout de dix minutes, elle lui fait signe d’entrer. 

Penda : Salut, tu es arrivé avec plus de trente minutes de retard, je n’ai plus que cinq minutes à te consacrer. Je voulais également te signaler qu’à cause de ton retard, je ne vous payerai que la moitié du cachet. Voilà, pour que tout soit clair entre nous.

Bella : En fait il y avait un embouteillage de malade et la moto que j’avais prise a eu une crevaison… Le temps de changer le pneu…

Penda : Bah tu diras au « motoman » de te filer l’autre moitié du cachet. Le deuxième point c’est le timing qu’il faut respecter, Pinto devra faire 45 minutes de show, pas plus, pas moins, s’il déborde d’une seconde la régie coupe tout. Je vous enverrai les horaires de balance et le paiement de ce qui vous reste comme cachet comme suit : un acompte correspondant à la moitié de la somme totale aujourd’hui après que tu aies signé juste ici (elle lui tend le contrat ainsi qu’un stylo, Bella s’exécute) – Merci, le reste se fera après le show. Des questions ?

Bella : À quelle heure devrons-nous être là-bas pour la balance ?

Penda : Justement je voulais y venir, avez-vous une fiche technique ?

Bella : Non.

Penda : Super ! Et tu penses que les techniciens prépareront votre balance comment ?

Bella : La fiche technique est comment ?

Penda : Tu as un smartphone ?

Bella : Bien sûr, j’ai même le dernier.

Penda : Tu te renseigneras sur Google. Maintenant je dois aller accueillir des artistes internationaux qui arrivent. J’espère que vous serez à l’heure samedi, mes équipes vous enverront les horaires et retenez bien ce que je vous ai dit : pas de retard !!! Avant de raccompagner Bella vers la sortie, Penda prend son sac à main et avance vers la porte puis lance une dernière fois : – À samedi, pas de retard !

*

Après avoir digéré sa brève mais intense rencontre avec Penda, Bella a rejoint Pinto et les musiciens qui répètent en vue du spectacle du samedi.

Bella : Ça va les gars ? Les filles, vous allez bien ? Êtes-vous prêtes pour samedi ? On n’a pas droit à l’erreur. Ce spectacle est vraiment très important c’est pourquoi vous devez être à l’heure les gars, c’est pas sérieux d’arriver avec deux heures de retard. Je sors de mon rendez-vous avec Penda…

Pinto : J’adore son look.

Bella : Si une ou un seul de nous arrive en retard à la balance ou au concert elle ne nous paiera pas le solde du cachet qui en lui-même n’est déjà pas grand-chose, mais ce concert est important pour la promo du single qui sort dans deux semaines. On a plus beaucoup de temps les gars, je compte vraiment sur vous pour tout péter samedi !

Pinto : Pourquoi tu stresses ? Fais-moi confiance, ça va être le feu ! Je vais leur show, leur montrer le level, le vrai niveau ! Ils vont seulement “confirmer”.

Bella : J’espère… Je dois prendre ma revanche face à Penda, je déteste son air condescendant, elle m’a traité comme un manager à deux balles, je compte sur vous pour lui montrer que « Pinto c’est la pâte » !!!

Pinto : T’inquiètes « manaja » on va assurer. Bon, je ne sais pas pour vous mais moi j’ai trop faim, tu ne nous as pas apporté quelques shawarmas de chez Abdou ? J’ai vraiment trop faim. Les gars c’est bon non ? On a assez répété comme ça ! En tout cas je me sens trop prêt !

Bella : OK, si vous avez terminé, rangez ensuite je vous emmène tous chez Abdou !

Pinto : Voilààà, tu assures, tu es un vrai manager mon Bella !

C’est samedi, le palais de la culture de Yaoundé où doit avoir lieu le concert a été décoré aux couleurs d’YFE, le festival le plus important du Cameroun. Les techniciens s’activent dans la grande salle conçue idéalement pour des matchs de basket et de volley-ball mais qui pour l’occasion a été transformée tant bien que mal en salle de spectacle. Il est 16h, et aucun groupe n’a encore commencé à faire sa balance : ce moment dédié au réglage du son de chacun des artistes était censé démarrer à 10H, mais les techniciens n’ont toujours pas terminé l’installation de la scène et de la sonorisation. Bella et deux des 8 musiciens sont arrivés depuis quelques minutes et sont installés dans un coin de la salle avec d’autres artistes arrivés quelques heures plus tôt. Malgré le retard pris par les techniciens, Bella s’inquiète pour une partie de son équipe qui n’est toujours pas arrivée. Il n’a pas non plus de nouvelle de Pinto auquel il a déjà envoyé une dizaine de messages sans réponse. Nerveux et inquiet, il prie pour ne pas avoir à rencontrer Penda, l’organisatrice du festival, avant l’arrivée de Pinto et du reste du groupe. L’ouverture des portes est prévue à 20 heures. À 18H, les balances commencent enfin. D’abord avec les artistes tête d’affiche, ensuite ce sera le tour des premières parties, dont Pinto qui n’est toujours pas arrivé. Il a envoyé un message à Bella stipulant qu’il ne viendrait finalement pas faire la balance, car « balancer est réservé aux artistes amateurs » et que les professionnels comme lui n’en ont pas besoin. À la réception de ce message, Bella s’est caché dans une des pièces attenantes à l’énorme salle où grouillent musiciens et techniciens. À ce méli-mélo s’ajoutent les va-et-vient de Penda qui court d’un bout à l’autre de la salle en tempêtant en direction de ses assistants et collaboratrices. 

Penda : Quelqu’un pourrait faire venir ici tous les groupes qui passent en première partie ? Faites-les venir tout de suite dans la salle de régie. 

Bella et trois autres responsables de groupe se rendent illico dans la salle de régie et y retrouvent la boss.

Penda :  Voilà, nous sommes débordés et cela va nous coûter beaucoup d’argent. Ce soir c’est complet et le fait d’avoir tous vos musiciens ici coûte cher et prend de la place. Normalement, au vu de la situation, je pensais annuler votre participation, mais comme je tiens à vous donner un coup de main, je vais vous demander de contribuer.

Bella : Contribuer ? Comment ça ?

Penda : Ne m’interromps pas ! Je n’ai pas terminé !! Donc je vais demander à chacun de vous de payer un ticket d’entrée pour chacun des musiciens qui accompagne vos 

artistes afin de démontrer votre bonne volonté et participer à la promotion de vos artistes respectifs. C’est OK pour vous ? C’est une chance que je vous donne à tous ici présents !

Bella : C’est pas sérieux ! Attends tu demandes à ce que des musiciens paient pour monter sur scène ? C’est quoi cette histoire ?

Penda : Mon cher ami, je fais ce métier depuis longtemps, très longtemps, et c’est juste une démarche normale. Même aux États-Unis c’est comme ça, renseigne-toi petit !

Bella : Tu nous prends de court là, il est presque 20h et je n’ai pas assez de cash avec moi. Je ne sais même pas si…

Penda : Bah démerdez-vous ! Bon j’ai du boulot, pour le règlement voyez avec Alima mon assistante. Sur ce, messieurs, je vous dis à tout à l’heure !

Penda disparaît dans la grande cour intérieure qui commence à se remplir de monde.

Bella : Allo, oui Gars tu es où ? Déjà tu n’es pas venu faire la balance. Il est 22 heures et tu n’es toujours pas arrivé, c’est quoi ça ? Non non, tu dois être ici tout de suite. Je m’en fiche de ta go, qu’elle soit prête ou pas c’est pas mon problème, déjà j’ai payé l’entrée pour faire entrer tous les musiciens sinon il n’y avait plus de prestation pour toi, en plus il faut que tu arrives avec plus de deux heures de retard pour une première partie ? OK, OK ça va, on t’attend.

Pinto est finalement arrivé avec 3 heures de retard. Le concert ayant aussi pris du retard, il arrive pile au moment où le présentateur demande à ce qu’il monte sur scène. N’ayant pas fait de balance, les premières minutes de son show sont juste catastrophiques – le son de micro n’est pas assez fort et le public n’entend rien de ce qu’il fait malgré ses efforts physiques. Il court d’un côté de la scène à l’autre, suivi de très près par Bella qui est également monté sur scène et suit chacun de ses pas. Sa prestation se termine dans une cacophonie rendant encore plus inaudible la fin de son spectacle. N’ayant pas vu le régisseur qui lui rappelait qu’il avait dépassé son temps de prestation, il a finalement été sorti de scène par de gros bras assurant la sécurité du festival.

Pinto : Bella, stp va chercher le solde que nous doit Penda et on se casse d’ici. Ce faux festival m’a saoulé, ils ne sont pas du tout professionnels. Ils me sortent de la scène comme une merde, je ne jouerai plus jamais dans ce genre de festival, aucun professionnalisme !

Bella : Justement je viens de l’avoir, elle dit qu’elle ne nous doit plus rien, car notre prestation n’était pas à la hauteur et qu’on n’a pas respecté le temps qui nous était accordé. Tiens-la voilà qui arrive…

Penda: Qu’est-ce que vous faites encore là ? Je vous ai demandé de partir non ? 

Pinto : Donne-moi d’abord mon argent, tu vas me donner mon argent espèce de voleuse ! 

Penda, s’adressant à son garde du corps : Rambo, mets-les-moi dehors tout de suite !

Rambo : Les gars avancez, ne m’obligez pas à vous brutaliser ! Avancez !

Pinto : Ça ne se terminera pas comme ça, je te jure, tu vas me payer mon argent tu m’entends ? Tu vas me payer mon argent et je sais que vous allez tous me courir après, quand j’aurai sorti mon prochain single, je vous le jure bande d’escrocs !

Après les avoir mis à la porte, Rambo a refermé derrière lui sous les insultes de Pinto et ses musiciens. Pinto a promis de se venger…