→ Passer directement au contenu principal
The Pan African Music Magazine
©2020 PAM Magazine - Design par Trafik - Site par Moonshine - Tous droits réservés. IDOL MEDIA, une division du groupe IDOL.
Le lien a été copié
Le lien n'a pas pu être copié.

Le live confiné de Jako Maron

En live pour PAM, le producteur Jako Maron nous offre une pièce introspective et hypnotique depuis l’Île de la Réunion… et annonce un nouvel album !

Pionnier électronique de l’île intense, Jako Maron est connu bien au-delà de la Réunion pour ses relectures habitées du maloya, ce blues ternaire hérité des esclaves brandi fièrement comme l’âme et le drapeau de la créolité réunionnaise. Signé sur le hautement expérimental label ougandais Nyege Nyege Tapes dont il arbore le tee-shirt, Jako Maron nous ouvre les portes de son studio, un laboratoire rempli de synthétiseurs modulaires – sa spécialité, où l’on distingue également un kayamb, un des ingrédients de base du maloya.

Pour ce live confiné fidèle à son univers musical, Jako Maron choisit un autre instrument emblématique du patrimoine traditionnel réunionnais : le bobre, descendant du jejylava malgache et cousin migrateur de l’arc-à-bouche ouest-africain comme du berimbau brésilien. Il s’agit de l’unique instrument mélodique du maloya, qui se mêle d’ordinaire à la pulse entêtante du pikèr, du roulèr, du kayamb et du sati, les percussions qui accompagnent le fonnkèr des chants et des complaintes (fonnkèr vient de “fond du cœur” et désigne des sentiments profonds, heureux ou mélancoliques).
Ici, Jako Maron marie les ondes hypnotiques du “grand bobre de Zan Amémoutou-Laope (le petit-fils du légendaire Maxime Laope, ndlr), si grand qu’il touche le plafond” à des chants traditionnels malgaches déconstruits à la sauce minimale. Absorbé, Jako Maron nous offre ainsi un trait d’union transocéanique, une musique de guérison qui adoucit nos âmes et nous fait voyager… Merci !  

2 questions à Jako Maron
Comment vis-tu ce confinement ?

Ça se passe très bien pour moi, dans le sens où c’est comme ça que je vis normalement. Je suis dans mon studio tout le temps et là en plus, personne ne me sollicite pendant la journée. Mais je dois dire quand même que je finis par perdre un peu mes repères : on est quel jour ? Quelle heure est-il ? Je dors à 3h du matin et me réveille à 11h sans complexe ! Ah oui, ça me manque beaucoup d’aller performer et jouer ma musique en live, ça c’est vrai. 

Comment vois-tu le futur ? 

Le futur sera difficile. Je suis intermittent du spectacle donc l’annulation des projets et des spectacles compromet sérieusement mon nombre d’heures travaillées et donc mes rémunérations pour l’année prochaine… Mais j’essaie de ne pas me focaliser là-dessus. Je préfère profiter de ce temps libre pour travailler mon son et créer de la musique avec un nouvel album en ligne de mire ! Ça m’aidera pour les moments moins évidents qui s’annoncent.

À (ré)écouter

The electro Maloya experiments of Jako Maron (Nyege Nyege Tapes, 2018)

Chargement
Confirmé
Chargement
Confirmé