Silver Vibrations, le mythique album post-disco de Roy Ayers enfin réédité

L’incontournable album du légendaire musicien californien se voit offrir une nouvelle jeunesse le 22 mars prochain sur le label BBE Music.

Avec presque 60 oeuvres à son actif en un demi-siècle, le soulman californien aura travaillé avec les plus grands noms du jazz pour ensuite se tourner vers le r’n’b, le funk, la soul et le disco entouré de sa formation Ubiquity avec laquelle il enregistrera des albums devenus cultes (Everybody Loves The Sunshine, sorti en 1976 considéré comme un classique de la black music).

L’immense influence de sa musique parviendra même à imprégner l’univers du hip-hop, à travers le sample. Les célèbres Dr. Dre, A Tribe Called Quest, Mary J Blige, 2Pac, Erykah Badu ou encore DJ Rashad font partis de ceux ayant samplé le virtuose. Okayplayer dans sa série In Hip-hop and beyond lui consacre une playlist – à écouter ici.

En 1980, toujours à la recherche de nouvelles expérimentations, le virtuose du vibraphone collabore avec Fela Kuti sur le titre « 2000 Blacks Got To Be Free » issu de l’album Music of Many Colours. Et c’est en partie de cette collaboration que naît Silver Vibrations. L’album coïncide avec une période où le producteur se retrouve sans label (en 1982, il quitte son label Polydor pour rejoindre Columbia en 1984), période durant laquelle Roy Ayers approfondit ses recherches sur les rythmes et textures afrobeat explorés avec Fela tout en s’orientant vers une musique dance post-disco.

Le disque sort uniquement au Royaume-Uni sur le label Uno Melodic Records en 1983. Il contient quatre titres exclusifs, et trois extended versions, dont la version définitive du classique « Chicago ». Rare, le pressage original se retrouve en vente sur Discogs à plus de 150€.

Silver Vibrations est probablement le dernier album d’Ayers sur lequel on retrouve un son véritablement organique, expliquant en partie sa cote auprès des collectionneurs et mélomanes. Le cosmique et sombre « Chicago », dont la version non éditée est propre à ce disque, ou le funky et uptempo « Good, Good Music » qui témoigne de son virage disco maîtrisé, confirment que ce disque est incontournable dans la discographie de la légende. Le titre « Silver Vibrations », qui n’a vu le jour qu’au Royaume-Uni, « Lots Of Love » et « Keep On Movin’ », rappellent davantage sa période avec la formation Roy Ayers Ubiquity, riche en inventivité. Et ce mystérieux « D.C. City » qui pourrait, par bien des aspects, à lui tout seul incarner la quintessence de la musique de Roy Ayers, tant ce morceau aurait sa place sur le monument Everybody Loves The Sunshine.

L’album, précieusement réédité avec sa pochette et ses visuels originaux, ainsi que de nouvelles notes signées Sean P, est prévu pour le 22 mars prochain sur le label BBE Music. Ce même label sur lequel on retrouve la série Virgin Ubiquity regroupant des morceaux inédits, enregistrés entre 1976 et 1981.

Pré-commandez Silver Vibrations Bandcamp.

Tracklisting :

  1. Chicago
  2. Lots Of Love
  3. Keep On Movin’
  4. Silver Vibrations
  5. Smiling With Your Eyes
  6. D.C. City
  7. Good Good Music
Lire ensuite : Jazzmen fous d’Afrique : Barney Wilen revient d’Afrique avec un ovni, Moshi