Jacob Salem & Somkieta : le warba rock du Burkina

Jacob Salem & Somkieta

Pour la sortie de leur disque Nanluli, Jacob Salem et son acolyte suisse André Courbat sont en concert ce soir à Paris.

Ce soir au Studio de l’Ermitage (Paris), Jacob Salem présente Nanluli, le disque qu’il a patiemment mûri avec celui qui est devenu son ami, le guitariste André Courbat a.k.a. Somkieta. C’est en 2013, lors d’un moto-trip au Burkina que le Suisse rencontre celui qui a passé son enfance à la cour du Mogho Naba, l’Empereur des Mossi, l’ethnie la plus nombreuse du Burkina. C’est d’ailleurs en son palais, situé à Ouaga, que le jeune homme se familiarise avec les musiques de cour comme avec la discothèque de l’Empereur, bourrée de bons disques ! Mais lorsque André Courbat « Somkieta » rencontre Jacob Salem, le Burkinabé a depuis bien longtemps quitté les rites et les rythmes de la cour impériale, tombé sous le charme de la guitare qu’un pasteur bien inspiré un jour lui présenta. C’est elle qu’il suivra. Comme toutes les belles, elle le mène par le bout du nez, de bar en bar, tandis qu’il la caresse du bout des doigts. C’est ainsi que se forge la trempe musicale de Salem.

En tout cas… André contacte Jacob et le courant passe, la musique aussi. Jacob décoche son warba, un rythme populaire du Burkina, et Somkieta pour l’attiser lui jette des grands seaux de blues et de rock.

Trois ans et bien des aller-retours plus tard entre la Suisse et le Burkina, sort enfin Nanluli, du nom d’une vieille chanson qu’une doyenne de 120 ans enseigna à Jacob, dans son autre vie. Un bout de cet aventure est à regarder ci-dessous.

Le disque, quant à lui, est à découvrir sur scène ce soir, au Studio de l’Ermitage. Avec en ouverture, Abdoulaye Traoré et Mohammed Diaby, le duo magique de Debademba.

Jacob Salem & Somkieta Nanluli