5 albums classiques du Nigéria des années 90

De Onyeka Onwenu jusqu’à The Remedies, en passant par Seyi Sodim, retour sur les albums qui ont marqué la décennie.

La scène musicale nigériane a connue une période très intense dans les années 90. Dans tous les genres, les artistes ont produit un nombre impressionnant d’albums de grande qualité, touchant un public de plus en plus large.  C’est dire si le choix n’est pas facile, mais voici cinq albums incontournables de la décennie 90 selon nous.

Seyi Sodimu 
Born in Africa 
Shakara Entertainment (1998)

Alors qu’il était étudiant aux États-Unis, Seyi Sodimu fît la rencontre de Carl Bassey, un DJ à mi-temps à l’université d’Howard à Washington DC. Déjà doté d’un esprit créatif, son talent d’écriture (récits et poèmes surtout) fût reconnu et félicité par une grande part de ses professeurs.

Après avoir économisé suffisamment d’argent, Seyi sort en 1998 Born in Africa, son premier album,  avec le tube “Love me jeje, love me tender”. L’album a atteint le haut des charts au Nigéria sur Ray Power 100 FM et vendu plus de 30 000 exemplaires lors de sa semaine de sortie. L’album a aussi glané de nombreuses nominations et s’est vu récompensé par de prestigieux prix dans son pays.

L’artiste est devenu tellement célèbre grâce au succès de son tube, qu’il est maintenant surnommé “Mr Jeje”. Il a d’ailleurs récemment tenté de surfer un peu plus sur le statut culte du morceau, en enregistrant un remix avec la chanteuse Américaine Michelle K.

Écoutez sur YouTube. 


Onyeka Onwenu 
Golden Songs (Vol. 3) 
Ayollo Records (1991)

Surnommée l’élégant étalon, Onyeka Onwenu a secoué l’industrie musicale dès les années 80. Elle a débuté sa carrière en 1981 alors qu’elle travaillait encore chez NTA, au moment où sort son album For the Love of You. 

Après cela, elle enchaîne les morceaux devenus classiques les uns après les autres, avec ses performances virtuoses et magistrales dans des genres aussi divers que le highlife, la funk, la soul ou encore le gospel.

Cette compilation de morceaux bien nommée « golden », a été publiée en 1991. On y retrouve des titres tels que “Keredim”, mais aussi les énormes tubes “One Love” et “You and I”, entre autres.

Écoutez sur YouTube.


Blackky 
About Tyme 
Premiere Music (1991)

Né Edward Inyang, la musique de Blackky est un généreux mélange de reggae et d’un de ses rejetons, le reggaeton. Son premier album en 1991,  About Tyme, présente avec finesse de quelle manière il utilise ses sons, les mariant avec des thèmes auxquels peuvent s’identifier les Nigérians.

L’album compte un nombre important de tubes comme “Blackky Skank” et le très sexuellement connoté “Sugar Stick”. Il faut aussi noter la présence de « Rosie », un morceau que beaucoup place au sommet de sa carrière jalonnée de succès.

Cet album classique a servi de catalyseur pour l’artiste de 24 ans à l’époque, qui avait signé un contrat avec Polygram Records, seulement quelques temps après avoir remporté le concours de talent Lekki Sunsplash. Même si la commission nigériane de la radiodiffusion a banni les morceaux « Yanshman », « Sugar Stick » et « Bang Belly », l’artiste, qui a commencé sa carrière en tant que DJ en 1986, était alors déjà une star. La même année, il reçu de nombreuses récompenses, preuve de la très bonne réception de son oeuvre.

Écoutez sur YouTube. 

Sonny Okosun 
African Soldiers 
Profile Records (1991) 

Bien que cet album ait vu le jour une fois passé le sommet de la carrière d’Okosun, il reste considéré comme un très grand album au quatre coins du continent. Avec une réputation qui le précède, Sonny Okusun n’abandonne que très peu son côté vintage sur ce projet.

Plus connu pour être le leader du groupe Ozzidi, Okusun maintient – contrairement à la rumeur disant que son nom a été inspiré par une divinité Ijaw – que son nom signifie « il y a un message ».

Et il y a sur African Soldiers, dont la durée s’étale sur l’équivalent de deux cassettes, toute la maestria de la musique d’Okusun, décrite comme « une synthèse d’afrobeat, de reggae et de funk ».

Écoutez sur YouTube. 


The Remedies 
Peace Nigeria 
Kennis Music (1998) 

Trio composé de Eedris Abdulkareem, Eddy Remedy et Tony Tetuila, le groupe a fait sensation dans les années 90 avec leur style unique fusionnant les sonorités d’afrobeats contemporain et de hip hop.

Imprégné de commentaire social et d’hédonisme, leur musique s’avéra être un condensé de l’esprit de l’époque. Publié en 1999, « Shakomo »était leur premier morceau et devint instantanément un classique. Par la suite, ils ont sorti des morceaux comme « Sade » et  « Judile ». Entre temps, ils ont signé un contrat avec Kennis Music, le label le plus important de l’époque.

Peace Nigeria, leur premier album a été dévoilé après le départ de Tony Tetuila, le flamboyant blond du groupe. Bien que cela ait quelque peu affecté la sortie de l’album, celui-ci contenait tout de même de superbes singles comme “Belinda” et “Jealousy”.

Pour comprendre les fondements de la vague afrobeats que l’on connait aujourd’hui, il faut se tourner vers la musique de ce groupe légendaire, et sur le joyau qu’est resté Peace Nigeria.

Écoutez sur YouTube.

Lire ensuite : les 5 albums classique du Senegal des années 70 et 80.