Le jazzman Abdullah Ibrahim revient avec un nouvel album, The Balance

À 84 ans, le musicien originaire de Cape Town en Afrique du Sud, également connu sous le pseudonyme de Dollar Brand, annonce son premier album en cinq ans.

Né à Cape Town en 1934, en plein apartheid, Abdullah Ibrahim a toujours su trouver l’équilibre entre ses diverses influences, à l’image de la ville portuaire où il a grandi, épicentre du brassage culturel national.

Inspiré par les musiques populaires et traditionnelles sud africaines, son ‘Township Jazz’ tisse un fil conducteur entre le jazz classique et moderne, profondément marqué par sa rencontre et collaboration avec le légendaire Duke Ellington. Abdullah Ibrahim incarne le jazz dans sa pluralité, dans son esprit de dialogue et d’échange, dans le dépassement des frontières, dans sa conscience politique et sociale. Ainsi, ayant lui-même subi par l’apartheid, il jouera à la cérémonie d’investiture de Nelson Mandela en 1994.

Ce nouveau projet, The Balance, fait suite à son dernier LP The Song is My Story sorti en 2014. Le nouvel opus, enregistré avec son septet de longue date Ekaya, rend hommage à sa vision du jazz.

« Nous nous poussons à sortir de notre zone de confort, dans le but de présenter à nos auditeurs notre effort pour atteindre l’excellence. Nous voulons nous livrer en dépassant les barrières de nos égos. Ce n’est pas du jazz, pour nous c’est un processus de transcendance des barrières. »

The Balance sortira le 29 juin sur Gearbox Records. Précommandez-le sur Bandcamp.

Lire ensuite : KOKOROKO, afro-jazz à tous les étages