8 albums à écouter cette semaine

Au programme cette semaine : le blues touareg de Tinariwen, une dose de musique cubaine avec Daymé Arocena, l’inclassable projet Roseaux, la relève soul britannique Mahalia et bien d’autres encore au menu de ce vendredi de rentrée.


Roseaux
Roseaux II

C’est le second volume de Roseaux, un projet inclassable initié par Emile Omar (ex-programmateur chez Nova), qui a fait appel à Clément Petit (violoncelle) et Alex Finkin (multi-instrumentiste). Cette fois-ci, ils ont choisi pour l’essentiel des orchestrations acoustiques pour enveloper des voix singulières, qui portent en elles tout un univers. Celle de Blick Bassy, de Melissa Laveaux ou de Ben L’Oncle Soul pour ne citer que ceux là, qui font merveille sur ce disque qui ressemble à une cérémonie, avec ses moments puissants, ceux d’une infinie douceur, mais toujours pleins de grâce. Mention spéciale à « Kaät », signé Blick Bassy, titre interprété pour le studio Colors en juillet dernier.

Écouter ici


Tinariwen
Amadjar

Enregistré dans le désert Mauritanien avec la participation de la chanteuse Noura Mint Seymali et de son mari le guitariste Jeiche Ould Chigaly, Tinariwen continue d’amplifier les espoirs et les luttes de son peuple sur ce neuvième album nomade. Les cordes de Tinariwen sont peu sensibles aux modes. Le plus souvent électriques (et en cela parentes du blues d’Ali Farka Touré), elles embrassent invariablement les couleurs du patrimoine traditionnel touareg. Désignant l’étranger de passage autant que l’invité en tamasheq, Amadjar dit une vision du monde où l’accueil, le partage et l’hospitalité ne sont pas négociables.

Ecouter ici

Mahalia
Love and Compromise

Après la sortie de son excellent EP Seasons sorti en 2018, la jeune prodige Mahalia dévoile son premier album Love and Compromise. Originaire de Leicester, c’est en 2017 que la carrière de la chanteuse soul de 21 ans s’accélère lors de son apparition dans les studios Colors interprétant le titre « Sober » devenu un hit international (le titre comptabilise 23 millions de streams sur Spotify). Sur Love and Compromise, on retrouve les titres « Do Not Disturb » et « I Wish I Missed My Ex » et “Simmer” avec le Nigérian Burna Boy.

Écouter ici


Daymé Arocena
Sonocardiogram

Décrite comme le « croisement entre Célia Cruz et Aretha Franklin » par un critique américain, Daymé Arocena déploie toute l’étendue de sa voix pour jouer sur les nuances du patrimoine cubain. La native du Dix octobre, ville quartier périphérique de La Havane, continue de creuser ce sillon à la croisée du jazz classique et de la musique cubaine avec ce quatrième album. Sur Sonocardiogram, la dimension éminemment spirituelle, pour ne pas dire mystique, qui habite sa musique se fait plus présente que jamais.

Ecouter ici


Oxmo Puccino
La nuit du réveil

Avec ses plus de 20 ans de carrière derrière lui, le grand poète du rap français signe son retour avec ce septième projet qu’il qualifie “d’album en clair-obsur”. Oxmo Puccino, tout fraîchement passé chez les studios Colors, convie sur La nuit du réveil le rappeur Orelsan, Gaël Faye et Caballero & Jeanjass. Du beau monde se relaient également du côté de la production avec des instrus signées Phazz, Eddie Purple et Louis Brodinsky (producteur de « Send It Up » de Kanye West).

Ecouter ici

Kaleta & Super Yamba Band

Mèdaho

Le groupe afro-funk de Brooklyn Kaleta & Super Yamba Band mené par le vétéran  de l’afrobeat Leon Ligan-Majek a.k.a. Kaleta s’associe pour la première fois sur album avec le Super Yamba Band où ils explorent ensemble les sonorités psychédéliques du Bénin et du Nigéria.

Ecouter ici


 
Ashley Henry
Beautiful Vinyl Hunter

Considéré comme une des figures de proue de la nouvelle scène jazz UK, Ashley Henry est le pianiste dont tout le monde s’arrache les services.  Le rappeur Loyle Carner et Christine & The Queens l’ont invité pour leur tournée respective, mais c’est de son propre nom que le jazzman brille aujourd’hui avec la sortie de son premier album Beautiful Vinyl Hunter. Derrière ce jolie titre se trouve une collection de 15 titres piochant leurs influences dans le jazz évidemment mais aussi le hip-hop, le punk ou encore le grime.

Ecouter ici


Bantwanas
Back to Front

Pour leur 40ème sortie, le label britannique All Day I Dream, a jeté son dévolu sur le groupe d’électro basé en Afrique du Sud Bantwanas, afin d’exposer aux yeux du monde leur talent singulier avec la publication de cet EP Back To Front. Bantwanas est un collectif de producteurs, auteurs et musiciens venant de toute l’Afrique dont leurs collaborations ont pour but d’exposer le meilleur de l’afro-house en dehors de leurs frontières. Emmené par Ryan Murgatroyd et Blanka Mazimela, Bantwanas est une vitrine unique pour tous les talents bruts africains de la scène électronique.

Ecouter ici


Lire ensuite : Les 30 meilleurs albums du début d’année 2019