Seun Kuti : « Les sons de lutte sont l’arme du futur »

Seun Kuti

Suite et fin de notre entretien. Seun Kuti nous raconte l’histoire de deux de ses nouvelles chansons, tout justes parues sur l’album Black times. La première, ‘Theory Of Goat And Yam’, évoque la corruption galopante au Nigéria, la seconde, ‘Struggle sounds’, l’indispensable unité des luttes contre les injustices sociales.

Peux-tu nous en dire plus sur cette ‘theory of goat’ (théorie des chèvres) ?

Eh bien, l’ex-président Goodluck Jonathan, quand on l’a interrogé un jour au sujet de la corruption dans le pays, a expliqué que les politiciens ne veulent pas être corrompus, mais qu’ils sont comme des chèvres.

Et quand vous laissez votre chèvre près de vos patates douces, c’est plus fort qu’elle : elles ne peut s’empêcher de les manger. Vous vous rendez compte ? Cette analogie est tellement folle ! D’abord nous sommes des humains, et pas des chèvres : les chèvres, elles, n’ont aucune notion de la propriété. Nous les humains nous sommes capables de faire la différence entre ce qui nous appartient ou pas,  donc en somme l’ex-président a dit « Ils ne peuvent se retenir quand ils sont en présence d’argent ». Vous savez, il y a un mot au Nigéria qui désigne le fait de bien vivre, de dépenser sans compter : on appelle ça « bouffer la vie » (chopping life ), donc ils bouffent la vie !

Toute l’élite au Nigéria est bien consciente de la mort et de la destruction qui frappent le peuple de la Terre-Mère (d’Afrique et de la diaspora). Car si vous êtes supposé construire un hôpital, mais qu’au lieu de bâtir hôpital, vous volez l’argent, et bien forcément, vous êtes responsable de la mort de tous ceux qui n’ont pas pu être soignés parce que vous n’avez pas construit hôpital. Donc quand on dit « bouffer la vie », il faut bien comprendre l’expression : vous mangez la vie des gens ! Dans la chanson je dis que « les chèvres », qui sont nos dirigeants, mangent les patates douces et bouffent la vie, et nous le peuple nous travaillons dur et mangeons de l’herbe. Donc ils ont inversé les choses : nous les humains nous mangeons l’herbe, et ce sont les chèvres qui mangent les patates douces ! Ensuite dans la chanson, je donne des exemples de « chèvres » qui ont volé des patates douces. C’est une chanson marrante, elle m’est venue dès que j’ai entendu l’interview de Goodluck Jonathan, je me suis dit que je devais écrire une chanson sur le sujet : la « Theorie de la chèvre et de la patate douce (Theory Of Goat And Yam) ». D’ailleurs, je n’ai pas écrit une chanson, j’ai écrit une théorie : c’est la théorie selon laquelle les hommes pensent comme des chèvres dès qu’ils sont à proximité de l’argent des autres !

Dans la chanson « Struggle Sounds » (sons de lutte), tu dis « le système dit que nous sommes différents, mais la lutte nous unit » , peux-tu nous en dire plus ?

Partout dans le monde les pauvres et les ouvriers croient dans le discours que leur servent les élites : en Europe, les élites disent « ne vous en faites pas, au moins vous êtes mieux que les Noirs », dans les pays arabes les élites disent « ne vous en faites pas, Allah est là pour vous, les autres ne sont que des infidèles », et en Afrique c’est la même merde… et tout le monde croit à ce discours. Or nous, nous ne voulons plus être les victimes des manipulations d’une classe sur les autres, parce qu’au au bout du compte la véritable lutte à mener sur cette terre, c’est la lutte des classes. Les élites ne respectent ni l’Homme ni la nature, ils détruisent et l’un et l’autre, quand nous voulons les protéger. En tant qu’humains nous avons évolué vers cette conscience qu’il nous faut protéger la nature, mais les élites ont décidé de trahir cette idée et elles continueront de protéger le profit dans tout ce qu’elles font ici-bas, jusqu’à ce que nous comprenions que nous partageons le même oppresseur. Donc la lutte nous unit, et d’ailleurs à la fin de la chanson je dis : « Je fais une musique de lutte pour porter la voix du peuple / Les sons de lutte sont l’arme du futur / Parce que dans la vue d’ensemble, il nous faut plus de couleur »

Et ça, pour moi, ça résume tout.


L’album Black Times est disponible dès maintenant via Strut Records.

Lire ensuite :  Rencontre avec Seun Kuti, partie 1 et partie 2.