Oum, maintenant ou jamais

La chanteuse marocaine Oum El Ghaït Ben Essahraoui continue son ascension internationale en annonçant un cinquième album attendu à travers un single magique louant l’instant présent.

Oum a grandi à Marrakech, trouvant ses premiers amours musicaux dans une chorale de gospel, qui lui vaudra une reconnaissance locale rapide, dès l’adolescence. Plus tard, bien partie pour devenir architecte, elle écoute finalement son cœur et décide de manier la musique plutôt que la 3D et le béton. Ainsi, elle commence à se produire en public en parallèle, développant une musique fédératrice autour de sa voix douce et singulière. Ses deux premiers albums sortis uniquement au Maroc en 2009 et en 2012 la propulsent au rang de figure emblématique du pays, lui offrant à juste titre une véritable porte d’entrée vers une carrière internationale.

Un an plus tard, elle continue de s’approprier l’univers des gnaouas et d’emprunter l’esprit de la culture du désert en donnant sa propre version de la poésie hassanya dans un premier album qui retentira hors de ses frontières. En tant qu’ambassadrice légitime de la culture marocaine, elle donne ses lettres de noblesse au peuple sahraoui et à la langue arabe, la manipulant avec charisme et légèreté sur les arrangements jazzy et les rythmes africains joués par ses musiciens chevronnés.

Enregistré à Berlin dans le sérieux studio Jazzanova, le nouveau venu « Daba » succède alors à l’atmosphérique Zarabi. En plus de lui conférer une touche de modernité sous forme d’arrangements électroniques discrets venant lisser une acoustique déjà maîtrisée, Oum enrichit cet album en confiant la direction artistique à la poétesse, chanteuse et oudiste palestinienne expérimentée Kamilya Jubran. Ainsi, les deux femmes s’associent pour abattre délicatement les obstacles du monde moderne sur fond d’humanisme, de féminisme et de respect envers la nature qui nous entoure.

« Daba » signifie « maintenant » en marocain. Dans ce clip éponyme, elle fait le deuil du passé et envoie un message d’espoir, conviant l’auditeur à profiter du moment présent et à aimer son prochain dans un monde qui le permet. Dans une vidéo subtilement onirique, Oum déroule sa poésie minimaliste dans une magnifique chanson qui, d’abord mélancolique, s’achève en hymne à la joie lumineux et rempli de spiritualité…

Oum sera en concert le 20 septembre au Festival Arabesques à Montpellier et le 6 novembre au Café de la danse à Paris

Daba sortira le 30 août 2019. Précommandez-le ici.

Lire ensuite : Arabstazy et le nouveau panarabisme électronique