Max Rambhojan, prodige oublié du zouk et du gwoka

Secousse et Hot Mule rééditent quatre morceaux rares du chanteur guadeloupéen. On vous fait découvrir en exclusivité la chanson « Cécilia ».

Les labels Secousse et Hot Mule s’associent pour redonner vie à quatre morceaux du chanteur guadeloupéen Max Rambhojan. Connu au pays pour le tube zouk à l’efficacité redoutable « Tou’t Jou Pa Min’m« , morceau joué sur la chaîne locale RFO, à chaque mi-temps lors de la Coupe du Monde de football de 1986, Max auto-produit son premier album solo un an plus tôt en s’entourant des meilleurs tels l’avant-gardiste King Klero, le Viking de la Guadeloupe Guy Jacquet ou Ramon Pyrmée aux synthés.

Avec l’arrivée des ordinateurs dans les studios, Max Rambhojan sort en 1992 un deuxième album aux sonorités beaucoup plus digitales. Il en profite pour ré-enregistrer une nouvelle version de son hymne zouk « Tou’t Jou Pa Min’m », qui figure aux côtés de la version originale sur cette réédition prévue pour le 18 février. 


En plus d’être un artiste zouk hors-pair, Max Rambhojan excelle également dans le gwoka, son premier amour musical, une musique, chant et danse, qui a accompagné la création de l’identité guadeloupéenne dès le 17e siècle et l’arrivée des esclaves dans les Caraïbes. Après avoir appris le gwoka sous la tutelle du pionnier Guy Conquette, Max rejoint une autre légende nommée Ti-Sélès. Ces expériences forgent son style, le rendant si particulier, notamment sur deux morceaux de son repertoire, « Cecilia » et « On Jou Matin », tout deux présents sur la face B de la réédition.

Aujourd’hui, Max joue du gwoka tous les weekends en Guadeloupe, en plus d’être animateur d’une émission radio sur la station locale Media Tropical, 88.1 FM.

Ces quatre morceaux restaurés et remasterisés sortiront le 18 février sur Secousse et Hot Mule, en digital et vinyl – précommande disponible sur Bandcamp.

Lire ensuite : Gwoka : la lutte dans la peau