Exclu : Francis Bebey taillé pour les clubs par Daniel Haaksman [Free Download]

sunny-crypt-edit

Exclusivité PAM : téléchargez l’edit de Sunny Crypt de Francis Bebey par Daniel Haaksman !

Télécharger Francis Bebey – Sunny Crypt (Daniel Haaksman Edit)

Basé à Berlin, Daniel Haaksman est DJ, producteur, journaliste et boss du label Man Recordings. Sa vision, la global dance music : une musique qui puise son inspiration dans les rythmes et mélodies du monde entier. Une sorte de réponse au monopole de la musique club européenne actuelle (house et techno 4/4) qui, pour Daniel, n’a pas beaucoup changée ces trente dernières années.

Daniel Haaksman a choisi de refaçonner un morceaux de ses artistes favoris : « Sunny Crypt » de Francis Bebey. Après avoir joué le morceau original à maintes reprises, le DJ a décidé de reconstruire le morceau. Grace au talent du producteur allemand, « Sunny Crypt » se transforme ainsi en un tube qui saura se montrer d’une grande efficacité sur les dancefloor.

Le titre original de Francis Bebey est issu de la compilation Psychedelic Sanza 1982-84la deuxième de l’artiste a être sortie sur le label français Born Bad Records. On comprend totalement la fascination du label pour cet artiste qui a beaucoup apporté à la musique. Né en 1929 au Cameroun, Francis Bebey est un véritable intellectuel. Il était poète, musicologue, romancier, haut fonctionnaire de l’Unesco et bien sûr, musicien. Mort en 2001 à Paris, l’artiste laisse derrière lui une trentaine d’albums – difficilement trouvables – et de nombreux tubes qui sont aujourd’hui ancrés dans la culture africaine.

Moderne et ouverte sur le monde, l’oeuvre musicale de Francis Bebey se ballade entre synthétiseurs, guitares, flûte pygmée, sanza, chansons comico-sociales et new-wave psychédélique. Sa volonté était de sortir des clichés de la musique africaine :

« Je me considère comme un Africain authentique, mais du XXè siècle. Je veux être l’Africain que je suis, capable de penser et d’élaborer des produits intellectuels et artistiques correspondant au présent des Africains et non à ce qu’ils étaient du temps de leurs ancêtres »