7 albums à écouter cette semaine

Dans notre sélection de cette semaine : les sons électro-organiques de Luka production, l’éclectisme rayonnant de de Raashan Ahmad, le grand retour de Flyng Lotus, et plus encore…


Luka Production
Falaw

Suite de l’acclamé Fasokan, Luka Production sort Falaw, un album qui marque un nouveau tournant pour le multi-instrumentiste basé à Bamako. En revisitant les traditions musicales ouest-africaines, Luka rend hommage à l’héritage musical mandingue, invitant des musiciens traditionnels à se produire par dessus les arrangements séquencés sur son ordinateur. Entre solos de ngonis, samples vocaux et beats électro-hip hop, sur Falaw Luka crée une musique aérienne, entre tradition et avant-garde.

Retrouvez Luka Productions dans notre playlist Sahel Sounds sur Spotify ou Deezer.

Commandez l’album sur Bandcamp.


Raashan Ahmad
The Sun

Plus instrumental que ses albums précédents, s’inspirant du hip-hop, du folk, des rythmes africains, du spoken word, du jazz et du flamenco, moins MC, plus poète Raashan signe un nouveau bijou à la fois très original et extrêmement cohérent.
Le MC californien est de retour avec The Sun, nouvel album rayonnant d’éclectisme sans perdre de cohérence. Plus instrumental que ses albums précédents, s’inspirant du hip-hop, du folk, des rythmes africains, du spoken word, du jazz et du flamenco, moins MC, plus poète Raashan signe un nouveau bijou à la fois très original et extrêmement cohérent.

Commandez l’album sur Bandcamp.


AJATE x NY​.​KO

Mammamelie / With Regularity

Ajate est un crew composé de dix musiciens japonais qui s’amusent à mélanger des grooves largement inspirés de la culture musicale africaine avec la musique traditionnelle des festivals japonais, appelée Ohayashi.
Dans ce nouvel EP annonciateur d’un troisième album prévu pour la fin de l’année 2019, le combo s’approprie les rythmes africains pour les insérer entre les lignes de la musique traditionnelle locale avec une agilité déconcertante.Revisité par le français Deheb avec deux remixes à tendance house, cet EP est un réel cocktail afro-nippon euphorisant, à tel point qu’on en oublie sur quel continent on se trouve en fermant les yeux…

Commandez l’album sur Bandcamp.


Flying Lotus
Flamagra

Pour son premier album studio depuis cinq ans, Flying Lotus s’est entouré d’un grand nombre de collaborateurs de haut niveau. Flamagra fait ainsi figurer entre autres Solange, Denzel Curry, Thundercat, George Clinton et Little Dragon. Cette nouvelle sortie, qui fait suite à son LP de 2014 You’re Dead ! nous présente encore un fois l’univers riche et unique des productions de l’artiste.

Commandez l’album sur le site de l’artiste.


Deena Abdelwahed

Khonnar Remixes

Infiné présente un nouvel EP de remixes de l’album Khonnar de Deena Abdelwahed, sorti en novembre dernier. Suite de l’EP Tawa Remixes, cette nouvelle sortie revisite cette fois une plus grande variété de titres de l’EP. Dawan, Ital Tek, Lord Of The Isles et Enyang Ha explorent le spectre des musiques électroniques d’une manière encore plus large à travers ces quatre nouvelles réinterprétations des morceaux.

Écoutez l’EP ici.


Andreya
Life in color

Quasi absente des radars depuis 2015 et la sortie de son album Giants, Andreya Triana est de retour avec Life in color, un troisième opus enjoué qui coïncide à la fois avec une prise de conscience et une évolution dans l’état d’esprit de la chanteuse.
Pour son nouvel album, Andreya s’affiche, confiante, sur une pochette aux couleurs pastel qui cache un album tout autant expressif, dans lequel elle transforme les galères du quotidien et les souvenirs difficiles en ondes positives. Life in color est une ode à l’amour et à l’indépendance provoquée par le passage à la trentaine et une réflexion sur la féminité. Elle y extrait alors des chansons soul et pop dans l’air du temps, et se livre à son public à cœur ouvert en feuilletant son album de famille de manière très personnelle.

Écoutez Life in color ici.


Mazouni
Un dandy en exil (Algérie-France 1969-1983)

Le label Born Bad sort la première compilation de référence consacrée à Mohamed Mazouni, le dandy algérien qui, installé en France dès 1969, fut adulé par la communauté algérienne avant de tomber dans l’oubli. Ressuscitée par une reprise de Rachid Taha, son œuvre enfin rééditée raconte toute une époque, entre Paris et Alger, traditions et yéyés.

Commandez la compilation sur le site de Born Bad Records.

Lire ensuite : Jazzmen fous d’Afrique : David Murray, itinéraires d’un chercheur d’Afrique(s)