6 albums à écouter cette semaine

Dans notre sélection de cette semaine : Baloji questionne notre rapport à la technologie, Africa Mia raconte les échanges entre l’Afrique et Cuba, Throes + The Shine continue de développer leur kudurock et plus encore…

Baloji
Kaniama: The Yellow Version

Suite de son album 137 Avenue Kaniama, Baloji sort aujourd’hui la mixtape Kaniama: The Yellow Version, annoncé par le court-métrage Zombie. Dans le court-métrage comme dans la mixtape, l’artiste pluridisciplinaire nous transporte dans un Kinshasa halluciné. Une traversée dans un monde futuriste entre espoir et dystopie où le rappeur s’interroge sur le lien que l’on entretient avec nos téléphones, devenant presque une excroissance de notre main, mais aussi sur la tension entre les pouvoirs des états et des médias. Kaniama: The Yellow Version contient une version revisitée de l’album dans une même piste, ainsi que deux pistes exclusives, “Spotlight & Miroir” (Feat. Marshall Dixon & Poison Mobutu) et “L’hiver Indien” en collaboration avec Gael Faye.

Retrouvez notre interview de Baloji.

Commandez ou écoutez la mixtape ici.


Les Maravillas de Mali
Africa Mia

« Rendez vous ce soir, chez Fatimata, nous allons danser jusqu’à l’aube, mon ami… » Ce doux refrain en version latino en aura fait danser plus d’un. C’était au temps béni des premières années de l’indépendance du Mali. Et ce titre en fut la bande-son, un hymne qui sera vite repris dans toute l’Afrique de l’Ouest. 50 ans plus tard, sur les traces de son passé, l’album a été réenregistré avec des nouvelles versions de leur unique album produit au studio Egrem en 1967. Africa Mia est un témoin de cette incroyable épopée afro cubaine, un album qui est aussi la bande originale du documentaire du même nom réalisé par Richard Minnier. Il raconte : « Ce projet m’a emmené dans une quête de 20 ans entre le Mali, la Côte d’Ivoire, le Niger et Cuba pour retrouver les membres de ce groupe mythique : Las Maravillas de Mali. J’ai, pendant toutes ces années, retrouvé d’autres musiciens de cet orchestre, je les ai filmés, enregistrés puis en 2016, j’ai ramené à La Havane, le Maestro, Boncana Maïga, le dernier survivant de cette incroyable histoire commencée dans les années 60 au temps des échanges entre l’Afrique et Cuba. L’histoire des Merveilles du Mali ! ».

Écoutez Africa Mia sur Spotify.


Puto Tito

Carregando A Vida Atrás Das Costas

Le collectif lisboète Príncipe, à l’origine du rayonnement international que connaît aujourd’hui la scène electro-kuduro de la diaspora africaine locale, revient aujourd’hui avec un double EP constitué de morceaux sauvés d’un compte Soundcloud à l’abandon, celui du jeune Puto Tito. Alors âgé d’à peine 14 ans, le producteur d’origine angolaise produisait dans sa chambre des morceaux inspirés des producteurs qu’il fréquentait, notamment DJ Bébe Poco, et les crews Casa Louca et RS Produçoes desquels il a fait partie.
Laissez à l’abandon sur un vieux compte Soundcloud, les fichiers originaux ayant été perdus, ces morceaux ont été remasterisés et font ainsi office d’un réel travail de mémoire.

Retrouvez Puto Tito dans notre playlist Afro Club Exp. sur Spotify et Deezer.

Commandez l’album sur Bandcamp.


On the Corner (Various Artists)
Versus III

Pour la troisième édition de Versus, la tête pensante du label On The Corner, le dénommé Pete OntheCorner s’est plongé dans ses playlists secrètes pour en extraire une sélection pensée pour les DJs, avec des titres qui sauront animer une piste de danse en quelques instants.
Fidèle à ses prédécesseurs, ce disque met un point d’honneur à rassembler les morceaux de producteurs du monde entier, et met en avant l’éclectisme comme valeur essentielle. On y retrouve ainsi un remix de Dengue Dengue Dengue par l’équatorien Nicola Cruz, qui confronte les sonorités des instruments andins à un rythme afro-latin, mais aussi le « cubisme rythmique » de Hieroglyphic Being, qui réinterprète ici un titre de Blood, Wine or Honey, entre autres. Une compilation qui nous rappelle surtout qu’une piste de danse est le lieu idéal pour mélanger les rythmes, sonorités et influences.

Commandez la compilation sur Bandcamp.


Osirus Jack
Nibiru

Premier album solo d’Osirus Jack, membre du mystérieux crew 667 basé entre Lyon, Montréal, Dakar et Paris, Nibiru est empreint du symbolisme ésotérique cher au collectif. Le titre du projet fait d’ailleurs référence à l’astrologie babylonienne et à la théorie complotiste de la Planète X, pensée par Marshall Masters notamment. Originaire de Dakar au Sénégal, Osirus s’entoure sur ce LP de ses compères Slim C et Freeze Corleone pour un album sombre et planant, aux paroles cryptiques à l’image des titres des morceaux “MK Ultra”, “Tsar Noir” et “Sacrifice de Masse Part.2”.

Écoutez Nibiru sur Spotify.


Throes + The Shine
Enza

Originaire de Porto au Portugal, le groupe Throes + The Shine secoue les scènes européennes avec son mélange de rock et de kuduro. Après 2 albums en 2014 et 2016 et des dates de concert dans toute l’Europe, le groupe devenu un trio sort Enza, un nouvel album qui signifie “planète “en dialecte angolais kimbudu. Le groupe s’est ’associé au producteur hollandais Jori Collignon (Skip&Die, Nobody Beats The Drum) pour apporter au disque une production plus soigné que les précédents albums tout en gardant cette touche propre à Throes + The Shine. Dansant et hypnotique, sur les dix morceaux qui composent le disque on retrouve le rappeur lisboète Mike El Nite improvise des rimes intenses sur “Musseque”, le duo mexicain Sotomayor et la chanteuse originaire du Mozambique Selma Uamusse.

Écoutez Enza sur Spotify.

Lire ensuite : Roga-Roga : « La musique congolaise stagne à cause des divisions »