Zeal Onyia, réminiscences d’un trompettiste highlife nigérian

Dans le cadre de ses Tabansi Gold reissue series, le label BBE réédite pour la première fois cet album historique de Zeal Onyia, resuscitant son histoire.

Aux origines de l’afrobeat, on pouvait entendre résonner les mélodies highlife en Afrique de l’Ouest depuis les années 20. Ce genre inspiré des musiques d’église, des fanfares militaires, du jazz et du calypso comptait les ghanéens ET Mensah, Ebo Taylor, ou encore les trompettistes nigérians Victor Olaiya et Zeal Oniya parmi ses figures les plus populaires. Ce dernier commença à jouer dans l’orchestre de Bobby Benson à la fin des années 40 et n’arrêta plus jamais son ascension musicale, dirigeant et jouant alors jusqu’à la fin des années 60 dans différents groupes de jazz tels que le Rhythm Aces Band, le Nigérian All Star Band ou son propre Afro Jazz Band.

Aussi actif comme syndicaliste que populaire en tant que trompettiste, il fut ainsi l’un des plus brillants représentants du genre highlife, glorifié par son alter-ego Louis Armstrong avec qui il resta ami jusqu’à sa mort. Ponctuant sa carrière d’aller-retours en Europe, il étudia la musique en Allemagne dans les années 70 pour rentrer à Lagos neuf ans plus tard et y enregistrer ces six titres cultes avec le Tabansi Studio Band, sur un LP aujourd’hui introuvable et devenu la cible de nombreux collectionneurs depuis que le trompettiste est décédé en 2000.

Soucieux de traiter cet album old-school avec respect, le label britannique BBE réédite Trumpet King Zeal Onyia Returns pour la première fois en le tirant de sa source originale et en récupérant les visuels de l’époque pour mieux raviver l’histoire.

L’album sera disponible à partir du 14 juin 2019, précommandez-le ici.

Lire ensuite : Histoires de Fela : un cercueil pour le chef de l’État

Zeal Onyia