Tenesha The WordSmith, sage poétesse de la rue

Sur son nouvel album Peacocks and Other Savage Beasts, l’Afro-Américaine Tenesha The WordSmith utilise le pouvoir des mots pour conter des poèmes aux thèmes aussi personnels qu’universels.

Tombée amoureuse de la poésie en assistant à des lectures dans les bibliothèques de quartier, le corps et l’esprit de Tenesha The WordSmith sont à la fois imprégnés de l’histoire rebelle d’Oakland, où elle a grandi, et de l’atmosphère artistique et romantique de la baie de San Francisco, où elle réside aujourd’hui. Largement influencée par les beatboxers et vocalistes de la scène hip-hop, elle s’autoproclame en tant que wordsmith, autrement dit celle qui s’approprie les mots pour fabriquer des vers. Cette experte du slam s’est révélée au grand public en 2016, mêlant poésie et culture hip-hop sur Body of Work, son premier album.

Produit par le beatmaker italien Khalab, Peacocks and Other Savage Beasts est un autre exemple d’œuvre 100 % spoken-word dans lequel les paroles s’agitent sur des ambiances jazz, électro et black music. Tenesha parle ici de sa famille, de sa communauté ou de ses souvenirs en abordant entre les lignes des thèmes sérieux tels que le racisme, la pauvreté ou le sexisme. Elle transforme alors ses peurs et expériences en alexandrins, espérant chuchoter à l’oreille de l’Homme au sens large. Ainsi, elle y raconte ses histoires avec charisme en cherchant à refermer des plaies ouvertes chez son auditeur tout en l’aidant à comprendre sa valeur en tant qu’humain. Sur les deux singles disponibles à l’écoute, elle attise la compassion des uns envers les autres dans une ambiance dramatique et afrofuturiste.

Peacocks and Other Savage Beasts, sortie le 30 août. Précommandez-le sur Bandcamp.

Lire ensuite : Flying Lotus, tout feu tout flamme