Strut Records rend hommage au légendaire label guadeloupéen Disques Debs

La série de compilations explore les archives de l’un des plus grands labels français des Caraïbes.

Créée par le défunt Henri Debs à la fin des années 50, la maison de disque qui porte son nom a incontestablement joué un rôle central dans la mondialisation de la musique créole et son ouverture à un public toujours plus large. Debs a produit plus de 300 singles et 200 albums en plus de 50 ans d’histoire, couvrant de nombreux styles allant de la biguine au bolero, en passant par le zouk ou encore le reggae.

An Island Story: Biguine, Afro Latin & Musique Antillaise 1960-1972 est le premier volume de cette série intitulée « Disques Debs International ». Il revient sur la première décennie du label, mettant en lumière les big bands et vedettes locales, les groupes en tournée de passage en Guadeloupe, ainsi qu’une toute nouvelle génération d’artistes qui émergea à la fin des années 60. On retrouve dans les premières sorties – enregistrées dans l’arrière-boutique à Pointe-à-Pitre – un sextet de biguine d’Henri, le jeune saxophoniste Edouard Benoit, leader de Les Maxels et arrangeur des différents groupes Debs ; de grands orchestres tels que Orchestre Esperanza et Orchestre Caribbean Jazz ; le poète et figure radiophonique Casimir ‘Caso’ Létang ; l’artiste de gwo ka Sydney Lérémon. Enregistrés lors de leurs tournées en Guadeloupe, des artistes étrangers figurent également sur le label, dont le trompettiste haïtien Raymond Cicault et le chef d’orchestre trinidadien Cyril Diaz.

Prévue pour le 29 juin sur Strut Records et réalisée par Hugo Mendez (Sofrito) et Emile Omar (Tropical Discoteq et ex Radio Nova), en collaboration avec Henri Debs Et Fils et Air Caraïbes, la compilation bénéficie d’une sortie physique qui comprend des photos rares et inédites provenant des archives familiales, ainsi que des notes de pochette et des interviews de Philippe Debs (frère d’Henri) et Max ‘Maxo’ Séverin de Les Vikings. Les volumes 2 et 3 sont prévus pour l’année 2019.

Lire ensuite : Ostinato Records : storytelling en musique pour pays en détresse