Le groupe Shælin mélange maloya réunionnais et néo-soul sur le single « Bat Maloya »

« Bat Maloya » raconte, en créole réunionnais, l’histoire d’un père et de son fils, et la transmission des traditions artistiques locales.

Basé en France, Shælin est un collectif dont les origines s’étendent du Mozambique à la Martinique en passant par l’Italie, le Cameroun, l’île de la Réunion ou le Vietnam. Le groupe s’inspire de la richesse de la musique noire américaine (RnB, soul, hip hop, jazz, gospel), de la musique traditionnelle réunionnaise mais également de références allant de Steve Reich aux Dirty Projectors. Autant de genres chargés d’histoire et de sens qui ont donné naissance à un son moderne et feel good, qui respire la joie de vivre et la générosité.

Pour les 7 membres du groupe, la différence est une richesse, et le métissage une célébration de l’amour. À travers la musique, les mots et la danse, Shælin porte un message d’espoir et de foi inconditionnelle, un message humaniste et pan-spirituel qui invite ses auditeurs à se (re)connecter au grand tout, aux autres êtres, et à eux-mêmes.

Chanté en créole réunionnais avec un son funk et des arrangements neo-soul, Bat Maloya est dédiée au fils de l’auteur. «  Cette chanson est comme un vœu que j’adresse à mon fils. Comme dans un rêve, je l’imagine jouer sur un instrument originaire de mon île : le Roulèr. Comme beaucoup d’artistes de l’île de la Réunion, j’évoque des éléments de la culture réunionnaise tel que le Kayanm’, le kabar ou encore le Maloya. Sans compter quelques expressions que je tiens à cœur. Ma façon de dépeindre ce que représente l’art du Kabar : entre musique, nature et communion, c’est aussi une histoire de famille… Ma manière d’inciter la nouvelle génération à s’y intéresser, avec l’idée même qu’ils soient les moteurs de l’ambiance, et même de l’Ambiance dans tous les sens qu’on peut lui prêter. »

Bat Maloya est extrait d’un EP à paraître au printemps. A découvrir ci-dessous :

 
Lire ensuite : Labelle ou l’afro-futurisme de La Réunion