L’essentiel du maloya électronique sur la compilation Digital Kabar

Quand la culture électronique rencontre le maloya, le monument musical de l’île de La Réunion.

Née de l’union musicale du maloya et de la musique électronique, le label InFiné annonce Digital Kabar, une compilation endémique à l’Ile de La Réunion qui retrace l’histoire depuis les années 80 du genre musical le plus connu sur l’île, inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité.

A la fois un type de musique, de chant et de danse, autrefois clandestin, le maloya est une manifestation d’une identité et d’une culture locale qui avec le temps s’est modernisé dans l’adversité et la clandestinité. Basé sur un langage simple organisé principalement autour d’un chant repris en chœur, un tambour massif (le roulèr) et le kayamb, le maloya s’est structuré au fil des siècles dans les plantations sucrières installées sur l’ île qui ne fut peuplée que trois siècles plus tôt, en agglomérant des sonorités populaires venues avec les esclaves de Madagascar, d’Inde ou du Mozambique. 

Au début des années 1960, en réaction aux troubles grandissants en Algérie, le gouvernement français promulgue un décret qui vise à éloigner des colonies les fonctionnaires ouvertement indépendantistes. L’interdiction du maloya qui s’en suit est une censure ouvertement politique face à une culture ouvrière devenue le porte-étendard du jeune Parti communiste réunionnais. C’est donc une musique entière interdite sur le territoire de la République française au XXe siècle, avec ses instruments, ses rythmes et ses paroles. Et avec elle, c’est tout un pan culturel nié et rejeté entre le début des années 1960 et 1981.

Fruit d’une l’amitié qui lie InFiné au festival Les Electropicales et de la fascination d’une petite équipe dédiée à la cause musicale indépendante pour la scène musicale de l’île, Digital Kabar regroupe des titres originaux de l’époque, des remixes et inédits qui témoignent de l’esprit commun que partagent le maloya et la grande famille techno-house. Une vingtaine de titres ou chaque artiste y est donc allé de ses tentatives au fil des décennies.

InFiné dévoile Kabaré Atèr de Patrick Manent, premier extrait revisité par le producteur réunionnais Jako Maron auteur de l’excellent disque Les experiences electro Maloya de Jako Maron sorti l’année dernière sur le label Nyege Nyege Tapes.

Digital Kabar est prévu pour le 21 juin prochain, déjà en précommande ici.

Lire ensuite : Labelle ou l’afro-futurisme de La Réunion

Digital Kabar