Lee Fields, 7 conseils sacrés pour devenir un parfait soulman

50 ans de carrière, et un album de plus au compteur. It Rains Love vient consolider le statut de « soul survivor » de Lee Fields, le plus contemporain des chanteurs old school. Nous l’avons rencontré lors de son passage à l’Aéronef de Lille pour lui demander quelques conseils…    

© Sesse Lind

N’importe qui ayant vécu l’expérience Lee Fields en concert sait maintenant qu’il est impératif de prendre un billet à chaque nouvelle tournée. À 68 ans, l’américain semble connaître la recette du bonheur comme s’il l’avait écrite. Il en oublie même son âge pendant ses shows, trottinant d’un bout à l’autre de la scène, dégoulinant de sueur, s’époumonant dans son micro, et jouant avec les émotions de son audience, entre frissons incontrôlables et grands sourires indélébiles. Le paradoxe Lee Fields, c’est l’histoire d’un soulman qui traversa une carrière en dents de scie pendant plus de 30 ans et qui, depuis sa rencontre avec les musiciens de The Expressions au début des années 2000, n’en finit plus de gagner en popularité avec un son aussi moderne que fidèle à l’authenticité du style originel. Juste avant de donner un show exceptionnel à Lille, l’entertainer nous donne sa vision manichéenne et religieuse de la soul en sept leçons, avec, en tête, l’objectif absolu de répandre le bien autour de lui. Rencontre avec un homme qui parle beaucoup de Dieu, mais surtout d’Amour.   

Avant de faire appel à ton expérience et te demander quelques conseils, peux-tu nous en dire plus sur ton background ? Comment es-tu tombé dans la musique ?

J’ai commencé en gagnant un concours de talents. J’avais environ 14 ans, mais je n’étais pas vraiment intéressé par la chanson. Je voulais être un homme d’affaires. À cette époque, dans ma région, les gens de couleur n’avaient pas grand-chose. Le peu de gens qui possédaient quelque chose était des hommes d’affaires. Ils avaient leur propre business, ou ils étaient professeurs ou médecins. Les autres n’avaient rien. J’adorais écouter de la musique sur mon transistor, comme tous les enfants de l’époque, mais j’étais surtout intéressé par le business. Mais quand j’ai découvert les Beatles… Oh mec… La première fois que je les ai vus, c’était comme si je voyais des musiciens venus d’une autre planète. Ils étaient habillés différemment, et ils ont amené ce que l’on voit aujourd’hui. La musique a toujours un lien avec les Beatles, ils ont changé la face de la planète ! Avant eux, tout était dans une boîte, et ils ont apporté une manière de penser hors de cette boîte. C’est pourquoi j’ai voulu devenir un entertainer, même si au début, je voulais jouer de la guitare. J’en ai acheté une, et quand j’ai vu James Brown au Tami Show, j’ai su que c’était ça le deal. Ensuite, j’ai été embauché par le groupe qui jouait au concours de talents. J’ai continué à travailler et n’ai jamais arrêté depuis ! 



Leçon 1 : Comment faire un disque de soul authentique?

La soul est un état d’esprit, et cet esprit est celui de Dieu. Il y a quelques années, j’avais pour habitude de dire que la soul était parfois chantée pour le Diable, et parfois pour le Seigneur. Et c’est toujours d’actualité. Mais nous nous sommes perdus, nous ne savons plus ce qui est bon et ce qui est mal. Nous servons parfois un autre maître. Dieu est mon maître, c’est pourquoi il faut être prudent sur ce que l’on dit et la manière dont on le dit. La frontière entre trahir Dieu et travailler pour la force opposée est fine. Dieu n’est pas matériel, c’est le savoir. C’est ça la musique soul. Je ne prétends pas être un quelconque messager de Dieu, je suis juste un gars normal ! Je bois. Un peu trop parfois. Mais je ne me saoule pas. Ça n’est sans doute pas très bon pour moi, mais j’adore ça ! (rires) 

Leçon 2 : Comment choisir ses partenaires musicaux ?

Ce dont tu as besoin, c’est de remplir tes disques avec des choses et des hommes qui affecteront les gens de manière positive. Nous voulons offrir aux gens des produits qualitatifs pour leurs oreilles. De la même manière que nous avons besoin de manger de la bonne nourriture ou faire de l’exercice, nous avons besoin de produits de qualité pour nos oreilles, car notre esprit est ce qu’on voit et ce qu’on entend. Si nos oreilles entendaient constamment des choses mauvaises, nous reviendrions à un état primitif qu’on ne peut même pas imaginer. C’est donc ce dont nous avons besoin pour rester sains. Mais nous ne devrions pas être gouvernés par ce qu’une seule personne aurait à dire. Le seul facteur qui peut nous gouverner, c’est celui de savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Tant que l’on garde ça à l’esprit, nous pouvons dire ce que nous voulons, de manière à influencer notre entourage. Jusqu’à ce que nous soyons assez matures pour comprendre ce que l’on dit, tout devrait être permis. Les jeunes sont impressionnés par ce que l’on peut dire et dévient avant même de pouvoir comprendre les grands principes. Si ce que nous disons va au-delà de leur compréhension, ils seront curieux de savoir ce que nous voulons dire. Ils voudront savoir ce que veut dire un mot, et nous leur apprendrons. Le temps qu’ils réalisent, ils seront assez vieux pour comprendre ce que l’on fait, et nous n’endommagerons pas l’opinion qu’ont les jeunes des plus vieux. Tout repose sur le bien contre le mal. Je ne pense pas que ma musique tienne compte de tout ça, mais j’essaie, et je fais de mon mieux. 

© Sesse Lind


Leçon 3 : Comment survivre et atteindre 50 ans de carrière ?

Il faut être vigilant, écouter les musiques actuelles, et être assez sage pour savoir ce qui est bien et ce qui est mauvais. Je ne critique personne, ni la musique qu’ils font, je ne suis pas juge. Je suis juste un participant dans ce jeu. Je fais simplement ce qui me procure de bonnes sensations. Je conseillerais aux jeunes musiciens d’écouter le plus d’artistes possible, tout en sachant faire la différence entre le bien et le mal. C’est comme une personne qui souhaite devenir riche. Les gens deviennent riches de plusieurs façons. Tu peux devenir riche en étant intelligent, faire les bons investissements, respecter les lois et bien faire les choses. Mais tu peux aussi devenir riche en volant quelqu’un, ou en prenant tout l’argent d’un riche. Tu peux devenir riche de plusieurs mauvaises manières. Ce que je conseille aux jeunes, c’est de faire les choses de la bonne manière. Si tu veux durer, ta conscience doit être pure, et tu pourrais devenir aussi riche que tu le souhaites. Parfois, la richesse ne se mesure pas par ce qui est matériel. Je me considère comme un homme riche, pas seulement financièrement, mais je me sens aussi béni parce que j’ai eu une belle vie, mec ! J’ai une femme avec qui je suis marié depuis 50 ans, j’ai des enfants, des petits-enfants, mec… J’ai pris du bon temps mon frère ! (rires) Ça n’est donc pas uniquement matériel, il s’agit de beaucoup d’autres choses… 

Leçon 4 : Comment rester contemporain tout en étant un chanteur old school?

Je suis un vieil homme, donc je me considère comme un chanteur old school, mais je peux m’adapter à tout. Martin Solveig peut témoigner, j’ai chanté sur de la musique électronique, et avec beaucoup d’autres artistes. Je n’ai aucun problème à m’intégrer dans une époque musicale, parce que je crois que tout ce qui devait être fait, a déjà été fait. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Ce qui est vieux est en fait nouveau, tu sais. C’est ça la vie, mec. Observer. J’ai observé. Si je devais collaborer avec un artiste dans un autre style de musique, donne-moi un moment, laisse-moi regarder exactement ce qu’il fait, et je m’adapterai. Aucun problème. 50 ans ont passé et je suis toujours là ! Qu’est-ce que je peux dire d’autre ? (rires) 

Leçon 5 : Comment garder l’esprit soul pendant si longtemps ?

Une fois de plus, il s’agit de savoir ce qui est bon et ce qui est mauvais, quelle que soit la religion. Je suis un homme de Bible, mais il y aussi la Torah, le bouddhisme… Toutes les informations sages qui sont écrites sont bonnes à prendre. Ces livres te disent d’aimer ton prochain autant que toi-même, et d’aimer Dieu. Par conséquent, si les gens le prennent à la lettre, ils agiront de la meilleure des manières. Certaines personnes le prennent trop à la légère, ils deviennent égocentriques, et le principe de base se déforme. Essaie de rester le plus proche possible du principe de ce qui est bon, et surtout bon pour ton cœur. Ça ne peut pas aller de travers. 

© Sesse Lind


Leçon 6 : Comment surmonter les doutes, les difficultés et les burn-out dans une carrière musicale ?

Dans ce cas, je pense que les gens comptent parfois trop sur différentes substances pour s’en sortir. Tu peux trop fumer, trop boire, tu peux faire n’importe quel excès. Tu dois compter sur ton esprit intérieur, sur la vérité, pour essayer d’améliorer la situation. Comme je l’ai dit plus tôt, je bois. Mais peu importe ce que la personne fait, si cette personne est rationnelle, cette substance n’affectera pas son être de façon négative. Mais si tu bois trop et que tu laisses sortir une autre entité de ton corps, tu deviens irrationnel, et difficile à supporter. Puis, ce qui sort de ton corps te montre que tu n’as pas besoin de ça. Si tu n’obtiens rien de bon de la part d’une personne engagée dans un tel engrenage, tu dois prendre du recul et essayer de réaliser que tu en fais trop. Concernant les gens qui font des burn-out, ça signifie qu’ils font quelque chose de manière excessive. Il faut qu’ils parviennent à s’autodiagnostiquer avant qu’il ne soit trop tard, et trouver ce qu’il faut faire pour devenir la personne qu’ils veulent être. Je pense que tout est un test. Si tu sens que tu es en train de tomber dans ce piège, c’est qu’il y a quelque chose que tu fais mal, et ça ne vaut pas la peine. 

J’imagine que tu as rencontré des difficultés dans ta carrière. Était-ce à cause de l’évolution et des variations de l’industrie musicale, ou y-a-t-il une autre raison ?

J’en parlais justement à mon manager plus tôt dans la journée. J’ai ralenti dans les années 80 et j’ai rebondi dans les années 90. Il s’est passé quelque chose dont je n’avais jamais parlé jusqu’à ces dernières semaines. Dès que j’en ai parlé, je me suis senti mieux. La sœur de ma femme a été assassinée par son mari. Ils étaient tous les deux mes amis. Je n’ai jamais voulu en parler car je pensais que c’était trop personnel. Puis, il y a quelques semaines, je me suis dit que si j’en parlais, peut-être que ça pourrait aider quelqu’un qui est en train de vivre ce que j’ai expérimenté. Quand j’ai découvert que ma belle-sœur avait été tuée, et que mon beau-frère s’était suicidé, nous avons élevé leur fils unique. C’était un bordel, mec, parce que le garçon a été témoin de toute la scène de meurtre et de suicide. Merci mon Dieu, c’est un jeune homme productif aujourd’hui, il est devenu un homme d’Église décent. À cette époque, j’ai relégué la musique sur la banquette arrière car j’ai pensé que je devais me focaliser sur mon rôle de père. Je voyageais beaucoup dans d’autres villes, il fallait que je ralentisse, donc la musique est devenue secondaire, mais c’était toujours en moi. Je continuais à faire quelques disques, mais pas avec la même énergie qu’auparavant. Je me suis aussi concentré sur l’immobilier, et j’étais tellement dedans que j’ai mis la musique au second plan, jusqu’à ce ma femme m’encourage, en me disant que la musique était ce que je devais faire. J’étais même sur le point d’ouvrir un restaurant. J’avais trois appartements et je voulais les transformer en restau. Elle a regardé l’endroit et m’a dit : « Tu devrais revenir à ce que tu sais faire de mieux. La musique. » Elle est responsable de mon retour. Je lui ai donné 100% de crédit. J’étais inquiet sur mon rôle de père à l’époque. Merci mon Dieu, aucun de mes enfants n’a fini en prison, ma fille et mes trois fils sont de jeunes gens productifs. Quand je me remémore cette période plus calme, je suis content d’avoir pris cette pause pour ma famille parce que la joie que j’éprouve en les voyant tels qu’ils sont n’est même pas mesurable. Je ne peux même pas te dire à quel point je me sens heureux. Et je suis ravi que ma femme m’ait poussé à revenir dans le business ! Soudainement, j’ai vécu comme une renaissance dans les années 90. Nous sommes en 2019 et je suis toujours là ! 

Leçon 7 : Comment être un bon amant et avoir un long mariage ?

Tu dois mettre Dieu dans ta vie et essayer d’être le plus honnête possible envers la parole de Dieu. Nous changeons constamment notre interprétation de la parole du Seigneur. Je pense que cette parole devrait rester telle qu’elle est et conserver la même signification. Et comme notre mode de vie change également, nous devons nous référer à la parole de Dieu pour être bon. Nous pouvons toujours dévier, et la parole de Dieu devrait être notre point de repère. Dans mon mariage, nous sommes amoureux, mais personne n’est parfait, et je laisse la Bible me dire à quel point je dévie parfois, pour essayer de retourner à ce qui serait plaisant pour Dieu. Si deux personnes essaient d’être bons, il n’y aucune raison que ça échoue. Quand tu fais ce serment, tu dois le penser sincèrement. Tu seras un homme de parole et elle sera une femme de parole. Quand tu le dis, mec, tu dois le signifier, pour le meilleur et pour le pire ! Laisse la Bible entrer dans ta vie, quelle que soit ta religion. Parce que je crois en toutes les religions, même les shamans ou les sorciers guérisseurs, ils savent qu’il y a une existence supérieure. Il existe quelque chose de plus grand que ce que l’on peut voir. Quand tu fais ce vœu, tu dois le vouloir. Ma femme et moi sommes ensemble depuis 50 ans, donc apparemment, elle le voulait vraiment aussi ! Nous avons eu de bons moments. Si tout était à refaire, je recommencerais tout de suite ! (rires) Et j’espère qu’elle le ferait aussi. Je sais que je suis parfois un vilain garçon, elle dirait sûrement : « laisse-moi réfléchir… » (rires) 

L’amour est le thème principal de tes disques, il est au centre de tes chansons. Penses-tu que l’amour peut sauver le Monde ?

Oui, car Dieu est amour. Dieu est énergie, Dieu est lumière. Que cela nous plaise ou non, il nous place où nous sommes supposés être, en fonction de la nature de nos pensées. Je n’aime pas écrire des chansons pour des raisons triviales. Je pense que les chansons sont importantes. Quand je chante pour des gens, j’aime qu’ils ressentent ce que je dis, et qu’ils y trouvent un certain confort. Ils ne sont pas seulement dans un club, en train de danser, ils reçoivent une sorte de bénéfice, qui les renforce mentalement, c’est ce que représente Lee Fields. 

It Rains Love, le dernier album de Lee Fields est sorti le 5 avril 2019 sur Big Crown Records. Commandez-le sur le site du label.

Lire ensuite : Jazzmen fous d’Afrique : BYG, états d’urgence au Festival panafricain d’Alger 1969