Kokoroko est de retour avec son jazz teinté d’afrobeat et de soul

Un an après la sortie de « Abusey Junction », leur premier morceau, les londoniens annoncent la sortie d’un EP avec « Uman », nouvel extrait du projet.

Issu de l’Orobo, une langue et tribu du Nigéria, le mot ‘Kokoroko’ signifie ‘soit fort’. « Abusey Junction » leur morceau introductif qui a dépassé les 20 millions de vues sur Youtube, a été à la hauteur de leur nom. On ne peut qu’imaginer que Kokoroko, leur premier EP, le sera tout autant. À travers ses quatre titres, le projet souhaite offrir une vision plus élargie de l’univers musical singulier du groupe, chargé de soul et d’afrobeat, puisant son inspiration jusqu’en Afrique de l’Ouest tout en gardant des sonorités résolument londoniennes.

Le groupe, mené par la trompettiste Sheila Maurice-Grey, est composé du fleuron de la scène jazz émergente de la capitale britannique. Il se nourrit aussi bien de l’énergie de la vie nocturne de la ville, des influences musicales des Églises pentecôtiste d’Afrique de l’Ouest, que de références telles que Ebo Taylor, Pat Thomas, Fela Kuti ou encore Tony Allen.

« Abusey Junction » a fait partie, en 2018, de la compilation We Out Here sortie chez Brownswood Recordings, qui documente la vibrante nouvelle scène underground londonienne influencée par le jazz.

Kokoroko sortira le 8 mars 2019 sur Brownswood Recordings. Précommandez-le sur leur Bandcamp.

Lire ensuite : Jazzmen fous d’Afrique : Hank Jones rencontre Cheick Tidiane Seck