Kassé Mady Diabaté, l’un des plus grands griots mandingues, s’est tu

C’était en fin de semaine dernière : La nouvelle quittait Bamako pour se répandre comme une trainée de poudre dans tout l’ancien empire du Mali et jusqu’à Paris : Kassé Mady Diabaté n’était plus.

Victime d’un accident vasculaire cérébral en mars dernier, le célèbre griot n’aura pu se relever. Sa voix, que tous les amoureux de musique malienne ont déjà entendu, ne l’a jamais portée vers les mêmes sommets internationaux que son homologue Salif Keita (né en 1949 comme lui), qui pourtant reconnaissait en lui l’une des plus belles voix, sinon la plus belle voix du Mali. L’homme était discret, porteur d’une Histoire multiséculaire entretenue depuis des générations par les Diabaté, l’une des grandes lignées de griots du Mandé. Kassé Mady incarnait aussi l’histoire du Mali indépendant, représentée par des orchestres comme les Maravillas de Mali ou le National Badema, dont il fut l’un des membres éminents avant de se lancer dans une carrière solo.

Hors du Mandé-était-ce sa discrétion naturelle ? il restait un secret bien gardé. Mais les initiés comme le producteur Ibrahima Sylla, qui publia à la fin des années 80 ses deux premiers albums sur son label Syllart, ne pouvaient s’y tromper. Pas plus que Cheikh Tidiane Seck, qui réunissait autour de Kassé Mady la crème des artistes pour l’entourer sur son disque Manden Djeli Kan (2008). Les musiciens maliens aimaient l’inviter comme Toumani Diabaté sur son disque Kulandjan avec le bluesman Taj Mahal, mais aussi le génial ngoniste Bassekou Kouyaté dans Jama Ko. Qui aurait su que son dernier album, enregistré en 2014 avec le violoncelliste Vincent Ségal et le koraiste Ballaké Sissoko pour le label No Format deviendrait son testament ? Sa voix, intime et profonde, y paraît venue du fond des siècles pour parler à ceux qui continueront le chemin.

Après la griotte Baco Dagnon, décédée en 2015, c’est l’un des trésors nationaux du Mali qui s’en est allé. Que la terre du Mandé lui soit légère.

Rendez-vous sur la chaîne Youtube du label Syllart Records qui rend un magnifique hommage en musique au chanteur.

Lire ensuite : Focus label : NØ FØRMAT!