Fatoumata Diawara fait son grand retour avec le superbe clip ‘Nterini’

Fatoumata Diawara annonce un nouvel album Fenfo prévu pour  le 25 mai prochain. Ce deuxième album de la chanteuse et actrice malienne succède à  Fatou paru chez World Circuit en 2011. On vous fait découvrir son premier clip : ‘Nterini’, réalisé par la photographe et artiste éthiopienne Aïda Muluneh.

‘Nterini’ (qui signifie « mon amour / mon confident ») raconte l’histoire d’un migrant, et évoque la peine que ressentent deux amants séparés par la distance. La vidéo a été tournée dans le désert Danakil en Éthiopie. Aïda Muluneh s’est inspirée de l’esthétique Afro-futuriste, ainsi que d’éléments visuels empruntés aux Dogons, une ethnie malienne.

Photographe accomplie, Aïda Muluneh a travaillé comme photojournaliste au Washington Post (ses photos ont également été publiées dans d’autres titres prestigieux), elle a déjà exposé à travers le monde (Smithsonian, MoMA…), et reçu plusieurs prix. Son travail est motivé par la volonté de porter un regard africain sur l’Afrique. Diawara et Muluneh se sont rencontrées à Paris en 2017 et ont eu un coup de cœur réciproque pour le travail de l’autre.

Reconnue comme l’une des plus belles voix de la musique africaine moderne, Fatoumata Diawara a travaillé avec de nombreux musiciens contemporains, partageant les studios d’enregistrement avec Bobby Womack, Herbie Hancock ou encore le pianiste cubain Roberto Fonseca qu’elle accompagna également en tournée. Au Mali, Fatoumata a rassemblé plusieurs artistes dont Amadou et Marian, Oumou Sangaré et Toumani Diabaté en 2013 pour enregistrer une chanson appelant à la paix dans cette partie de l’Afrique.  Elle a aussi composé et interprété la chanson phare de la BO du film Timbuktu. Plus récemment, elle a été une des principales voix de Lamomali, le dernier album de Matthieu Chedid. Co-réalisé avec Matthieu Chedid, Fenfo a été enregistré au Mali, au Burkina Faso, à Barcelone et à Paris. Un album fidèle aux racines de la chanteuse qui sortira le 25 mai prochain sur le label 3ème Bureau / Wagram Music.

Lire aussi :   Oumou Sangaré, du Wassoulou aux dancefloors