Egyptology 0.5 de Space Farm, un disque perdu entre le Colorado, l’Égypte et l’espace

Le label melbournien Left Ear Records publie deux versions longues inédites des expérimentations électro-égyptiennes du duo culte.

Egyptology de Space Farm, c’est une histoire d’amitié et de business plan raté. C’est aussi une histoire d’amour, pour la musique égyptienne et le son new-yorkais des années 1980. Ce sont avant tout Darrin et Bill, deux amis de jeunesse originaires du New Jersey, qui ont grandis en baignant dans la culture alternative de New York.

Alors qu’il vivent tous deux à Boulder, Colorado, et qu’ils produisent ensemble de la musique empreinte de ces influences, ils se lient d’amitié avec Waleed. Égyptien d’origine, il est le point de départ de leurs expérimentations inspirées des sonorités orientales. De cet imaginaire, naissent plusieurs morceaux aux titres évocateurs et aux sonorités singulières comme « The Dawn Of Birds », « Camels In Desert Air » ou « Moon of the Nile ».

Le plan initial, pensé par Waleed, d’acheminer le disque en Égypte, où selon lui il « se vendrait comme des petits pains » ne s’est jamais réalisé. Pourquoi ? L’histoire ne donne pas de précisions autres que « dû à des circonstances hors de leur contrôle ». Cependant, le disque original édité par Shakti Science Records, est depuis devenu culte, certaines copies se vendant à presque cent euros sur les sites de revente.

Cette réédition, rend non-seulement plus accessibles ces morceaux singuliers, mais il permet également de les découvrir sous un nouvel angle. En effet, si les deux morceaux phares avaient été raccourcis sur l’édition originale du disque pour permettre l’ajout de deux remixes, ils sont aujourd’hui publiés dans leur version longue. Une belle occasion de redécouvrir cette invitation au voyage électronique, à mi-chemin entre les pyramides de Gizeh et l’espace.

Egyptology 0.5 de Space Farm est sorti sur Left Ear Records. Commandez-le sur Bandcamp.

Lire ensuite : William Onyeabor, le mystérieux cow-boy synthétique