Scènes Rap Africain : 5 rappeurs marocains à suivre

Durant tout le mois de septembre, on vous propose une série spéciale Scènes Rap Africain. Premier stop au Maroc avec les Cool Kids de Shayfeen, l’enfant du peuple Mr Crazy, le ténébreux 7Liwa, Mr Cazafonia et le faiseur de hits Lbenj.

NOM : Shayfeen
ORIGINAIRE DE : Asfi
EN ACTIVITÉ DEPUIS : 2006

En une mixtape L’Energie (2012) et un EP 7 (2016), Shayfeen s’est imposé comme l’un des groupes les plus populaires du Royaume. Originaire d’Asfi, ce duo biberonné au rap américain s’est notamment fait connaître avec « Would Asfi Boss» (2013). Un morceau egotrip où les deux draris (gamins) aux visages poupins racontaient déjà leur soif de conquête et de réussite.

Et avec leur dernier single « Wach Kayn Maydar » (qu’est-ce qu’il y a à faire) Shobee et Small-X ont sans doute signé l’un des hymnes de l’année. Ce titre, feu d’artifice en plein jour, a d’ailleurs été nommé aux All African Music Awards (AFRIMA) 2017 dans la catégorie « meilleur artiste Nord Africain ». Une nouvelle victoire pour Shayfeen qui rêve de construire un empire du rap maghribi avec les membres de son label Would Drari Squad dont les flamboyants Madd (à l’origine de l’un des hits de l’été « 3310 ») et XCEP font partie.

Suivre Shayfeen sur Facebook.


NOM : Dizzy Gros
ORIGINAIRE DE  : Casablanca
EN ACTIVITÉ DEPUIS : 2011

Depuis la sortie de son « Cazafonia » (2011), tube où Casablanca devenait le temps d’une chanson le Nouveau Compton, tout semble sourire au rappeur/producteur à la voix rocailleuse Dizzy Dros. Son premier album 3azzy 3ando Stylo (2013) est considéré comme l’un des meilleurs projets rap de la décennie. Ses titres, à l’instar de « Sality Wla Ba91 » et de « Chouwaya » (près de 25 millions de vues pour ce titre, remix du « All The Way Up » des américains Fat JoeRemy Ma et du marocain French Montana) explosent les compteurs.

L’enfant de Derb Sultan, aujourd’hui installé à Londres, s’est fait une place au soleil. Et « Tout va bien !» comme il le dit avec une certaine nonchalance sur son morceau « Todo Bien/Hna Bikher » aux côtés du rappeur espagnol King Dest.

Suivre Drizzy Dros sur Facebook


NOM : Mr Crazy
ORIGINAIRE DE : Casablanca
EN ACTIVITÉ DEPUIS : 2006

Lorsque Mr Crazy sort « Ya Khasar ya tkhasar » en 2014, il devient l’un des rappeurs que la rue écoute. Celui qui chante la miseria (misère) d’une population oubliée entre drogue et délinquance. Mais à cette époque, ses propos dérangent. Othmane Aatik n’a que dix-sept ans, il est interpellé par la police et passe trois mois dans un centre de détention pour mineur pour « propos immoraux ».

Quelques mois après sa sortie de prison, Mr Crazy revient sur cette affaire dans son tout premier album L88. Un projet 12 titres à la musique consciente qui sera suivi par Laguerrevie (2016) et Valide (2017), deux mixtapes au rap plus hardcore qui tranchent avec le style de ses débuts.

Mr Crazy a depuis sorti plusieurs singles dont les très remarqués « Machi Mochkil » ou « Kamikaze ». Des titres chantés, mélodies des quartiers pauvres, qui rappellent la mélancolie du traditionnel chaabi.

Suivre Mr Crazy sur Facebook.


NOM : 7Liwa
ORIGINAIRE DE : Casablanca
EN ACTIVITÉ DEPUIS : 2011/2012

7Liwa découvre le rap au lycée vers 2011/2012. Il tourne son premier clip grâce à sa mère qui le finance et signe ses premiers succès avec des titres comme  « Batal l3alam » en 2013 et le très polémique « Mosi9t Chitan » (2014) pour musique du diable en arabe dialectal. Une chanson siglée « +18 » sur Youtube pour ses paroles provocantes « qui peuvent heurter la sensibilité » à la vidéo gore et étrange.

Deux ans plus tard, changement de décor pour première sortie. 7Liwa a laissé pousser ses cheveux, il a des allures de Tahiti Bob sous codéine et rappe la habta (défonce), le quartier et sa quête de réussite sur la mixtape Wald Fatema (le fils de Fatema, en hommage à sa mère).

La formule est bien ficelée : à chaque nouvelle vidéo, ses ambiances trap et ses nuages de fumée. Car comme il chantonne sur le premier extrait de son tout nouveau projet Seven, « Kmi Kmi Kmi » (fume, fume, fume) les aventures de 7Liwa ne font que commencer.

Suivre 7Liwa sur Facebook.


NOM : Lbenj
ORIGINAIRE DE : Casablanca
EN ACTIVITÉ DEPUIS : 2016

Lbenj a fait une entrée très remarquée dans le rap jeu marocain en 2016 avec son titre « T Max », hommage à ce deux-roues célébré dans les cultures rap du monde entier. Une arrivée « en roue arrière » pour reprendre l’expression consacrée.

Il est depuis devenu l’un des artistes les plus prometteurs de la nouvelle génération et porte fièrement son « Kssiri t’3ich, freiné t’moute » (Il faut vivre. Si tu freines, tu meurs) – en référence à sa passion pour les gros bolides et la vitesse dans ses chansons. Un slogan qui rappelle aussi à sa propre histoire. C’est à la suite d’un grave accident de moto que Lbenj se met à l’écriture. Il passe six mois en convalescence et lutte ainsi contre ses idées noires. La mort de sa mère alors qu’il n’est qu’un enfant, ses démêlés avec la justice, les difficultés pour s’en sortir, Lbenj dans son premier album Galaxy va tout raconter.

Suivre Lbenj sur Facebook

Prochain épisode de la série Scènes Rap Africain : La Côte d’Ivoire en 5 noms.