Calypso Rose reçoit le Grand Prix des Musiques du Monde de la SACEM

Ce soir à Paris, la truculente Calypso Rose de l’île caribéenne de Tobago recevra le Grand Prix des Musiques du Monde décerné par la Sacem.

Née Linda McCartha Monica Sandy-Lewis dans un petit village de l’île caribéenne de Tobago, c’est dès l’âge de 15 ans qu’elle écrit ses premières chansons, malgré l’opposition de sa famille. Devenue professionnelle en 1964, elle remporte plusieurs succès avec des titres comme Cooperation, No Madam, Do Them Back, Tempo et surtout Fire In Me Wire, devenu un classique incontournable traduit dans des dizaines de langues. Artiste scénique et chanteuse charismatique, travailleuse acharnée, elle fut une des premières femmes à chanter du calypso, ce mélange de rythmes africains et antillais, et à dynamiter les conventions d’un genre jusqu’ici réservé à la gent masculine. Si ses chansons chaloupées parlent d’amour, parfois illustrées d’un clin d’œil coquin, elles évoquent aussi des sujets plus graves comme la condition féminine ou l’esclavage. Véritable légende d’un style à la popularité désormais planétaire, elle a survécu à plusieurs épreuves de santé et a inspiré plusieurs films, dont le documentaire The Lioness Of The Jungle. En 2017, son vingt-et-unième disque studio, Far From Home, produit par Ivan Duran en collaboration avec Manu Chao, a remporté la Victoire de l’album des musiques du monde. Calypso Rose, reine du calypso et lionne du soca, vit désormais entre Paris et New York. Ce qui ne l’a pas empêchée de sortir un nouvel album en 2018, au titre éloquent: So Calypso!  

Lire ensuite : Anthony Joseph : « J’espère créer un pont entre Trinidad et l’Europe »

Biographie : Sacem