Branko et Mayra Andrade passent à table pour le clip de « Reserva Pra Dois »

 brankoLe producteur portugais Branko et la chanteuse cap-verdienne Mayra Andrade se rencontrent sur le morceau « Reserva Pra Dois »

Le Cap (Afrique du Sud), New York (États-Unis), São Paulo (Brésil), Amsterdam (Pays-Bas) et Lisbonne (Portugal), sa ville : en 2015, Branko, le fondateur et beatmaker portugais des regrettés Buraka Som Sistema – inventeurs du kuduro lisboète – avait parcouru 5 villes sur 3 continents pour s’inspirer des sons locaux et collaborer avec des jeunes musiciens aux horizons variés. Le résultat s’écoute sur Atlas, album sorti sur son propre label Enchufada. Mais le titre « Reserva Pra Dois », enregistré à Lisbonne, disparait du tracklist final.

Branko raconte : « J’ai fait cette chanson en mars 2015 quand je travaillais sur mon premier album, Atlas. Je suis fan du travail de Mayra Andrade depuis longtemps, et quand l’occasion de travailler avec elle en studio, j’ai saisi l’opportunité comme si ma vie en dépendait. J’ai appelé Kalaf pour qu’il nous aide avec les paroles, et on a trouvé le concept ensemble en moins de 24 heures. Je ne l’ai pas incluse sur l’album car je n’étais pas complètement satisfait de ma propre production. Un peu plus tard, j’y suis revenu et j’ai arrangé quelque chose de plus intéressant à mes oreilles. » La version retravaillée a paru cette année sur l’album de remixes Atlas Expanded.

Aujourd’hui, « Reserva Pra Dois » est enfin accompagné de son clip vidéo, filmé récemment dans un hangar du quartier post-industriel de Marvila à Lisbonne, où Branko et Mayra Andrade se font face sur une longue table de béton, elle au micro, et lui aux machines. Un décor brut pour une chanson douce aux paroles pleines de cette saudade commune au Portugal et au Cap-Vert, co-écrites par Mayra Andrade et Kalaf Epalanga, le camarade angolais des Buraka, qui explique : « il s’agit de ce lieu dont tu sais qu’il te définit, mais seulement lorsque tu es loin de lui. » Dans la voix douce-amère de la jeune et talentueuse cap-verdienne, les paroles oscillent de la mélancolie à la sérénité : « ce sentiment que je porte en moi grandit quand je suis loin de moi / si près, mais à l’intérieur, si loin d’ici / dans ce ventre chaud et furieux tu auras toujours ta place / au-delà de l’après / sans bruit, en couleurs et avec une réservation pour deux. »

Regardez les coulisses de l’écriture de la chanson dans cet épisode consacré à Lisbonne, un des volets du webdocumentaire Altas Unfolded qui a suivi les voyages musicaux de Branko.

Related stories: