La chanteuse sahraouie Aziza Brahim annonce Sahari, nouvel album pimenté d’électronique

Trois ans après l’excellent Abbar el Hamada, la chanteuse  sahraouie annonce son nouvel album sur le label Glitterbeat Records.

Aziza Brahim est sans doute l’une des plus célèbres porte-parole du peuple sahraoui, elle qui voyage sur les scènes du monde entier et chante la détresse d’un peuple orphelin. Pas comme une passionaria politique, mais comme celle qui en connaît les souffrances, et en témoigne au ras du sable, du point de vue humain, avec cœur.

Aziza Brahim est née en 1976 dans un camp de réfugiés du Sud algérien, où des dizaines de milliers de Sahraouis se réfugièrent peu après la prise du contrôle du Sahara occidental par le Royaume du Maroc, juste après le départ des colons espagnols.
1976, c’est aussi l’année où le Front Polisario, le mouvement de libération des populations sahraouies qui vivaient là, proclame une indépendance demeurée depuis lettre morte. Le mouvement, soutenu par l’Algérie, ne contrôle aujourd’hui qu’une petite portion du territoire, et la majorité des Sahraouis continue de vivre dans les camps de réfugiés ou en exil.

Elle aussi a quitté sa terre natale pour s’installer en Espagne depuis les années 2000, et c’est à Barcelone qu’elle a enregistré ce nouveau disque. Elle s’est adjoint les services de la chanteuse Amparo Sánchez du groupe Amparanoi pour la préproduction du disque. Une collaboration qui marque un tournant dans la musique de Brahim. L’introduction de l’électronique est un des éléments essentiels de ce nouveau son. « Amparo est un artiste que j’ai toujours admiré », explique Brahim. « Elle a suggéré d’introduire l’électronique, et cela signifiait enregistrer d’une manière différente. Avant, on enregistrait tout en direct. »

À l’image de « Leil » premier extrait en écoute, avec Sahari, Aziza Brahim crée un dialogue entre percussions traditionnelles (le tabal sahraoui) et électroniques, et trouve un équilibre parfait entre le passé et le présent, entre la musique d’Afrique et celle d’Occident. Avec sa voix chargée d’histoire, Aziza transmet la nostalgie et l’espoir d’une terre toujours promise, jamais encore (re) trouvée.

Sahari est prévu pour le 15 novembre via Glitterbeat, en précommande dès maintenant.

Lire ensuite : Tinariwen : le blues intègre