7 albums à écouter cette semaine

Au programme cette semaine : l’album posthume de Rachid Tahar, le premier album réédité de la cantatrice malienne Nahawa Doumbia, un EP de remixes de Guts et plus encore…


Rachid Taha Je Suis Africain

Je suis Africain
Rachid Taha

Album posthume du regretté Rachid Taha, Je suis Africain ne possède pas le goût amer des œuvres inachevées. Il y apparaît, une dernière fois, libre comme jamais. Et pour l’éternité. Je suis Africain, n’est en aucun cas un témoignage d’outre-tombe. C’est un album inspirant et vivifiant, fidèle à ce que ce grand artiste était et sera toujours : un Africain fantasmagorique, un rockeur sans frontières, un homme libre de ses débuts jusqu’à son point final.

Écouter ici.


Nahawa Doumbia

La grande cantatrice malienne vol.1
Nahawa Doumbia

Le label Awesome Tapes of Africa s’intéresse aux origines de la longue carrière de la vocaliste malienne Nahawa Doumbia à travers la réédition de La grande cantatrice malienne vol.1. C’est en 1981, accompagné par son futur mari N’Gou Bagayoko qui assure la partie instrumentale, grattant les cordes de sa guitare sèche pendant que la cantatrice d’à peine 20 ans allie beauté et simplicité dans ses chansons par la force des choses, avec l’innocence et la volonté d’une jeune arriviste qui souhaite se faire entendre en toute modestie.

Écouter ici.


Samthing Soweto

Isiphithiphithi
Samthing Soweto

Le sud-africain Samthing Soweto dévoile enfin son très attendu premier album Isiphithiphithi. Composé de 13 morceaux, l’album compte des collaborations de Shasha, DJ Maphorisa et Kabza De Small parmis d’autres. Samthing Soweto est enfin prêt à briller de son propre talent après avoir surfer sur la vague du phénomène amapiano dans son pays, notamment avec sa présence sur l’album  Scorpion Kings des incontournables DJ Maphorisa et Kabza De Small.

Écouter ici.

Guts Kenke Korner EP

Kente Korner EP
Guts

Kenke Corner est un EP de remixes tiré du dernier album du beatmaker Guts, Philantropiques, qui s’inscrit dans la lignée de sa série de compilations en cinq volumes intitulée Beach Diggin’. Résolument afro-tropical, cette sortie fait se rencontrer le jazz et le carimbó et compte sur la participation de nombreux musiciens venus de différents horizons. On retrouve ainsi le chanteur Montréalais Samito, le producteur canadien Poirier ou encore le groupe d’afro-disco lyonnais Voilaaa sur les sept titres qui constituent l’EP.

Écouter ici.


Control album cover

Control
Gyedu Blay Ambolley & Zantoda Mark III

Réédition d’un classique du highlife des années 80, Control est une condensé de synth funk, de boogie et de vigoureux rythmes highlife que l’on doit à la légende ghanéenne Gyedu-Blay Ambolley et Zantoda Mark III. Toujours en activité, cette réédition essentielle intervient quelque temps après la tournée européenne d’Ambolley qui l’a vu sillonner les plus belles scènes du vieux continent. Control est réédité sur l’iconique label de Brighton, Mr Bongo.

Écouter ici.


JS Ondara - Tales of America

Tales of America
J.S Ondara

Le jeune auteur, chanteur et compositeur kenyan offre le résultat de cinq années de vies aux États-Unis avec son premier album, entre folk et blues. Fervent admirateur de Bob Dylan, Neil Young mais aussi de la britpop d’Oasis, le charismatique J.S Ondara livre un premier essai touchant, brut et élégant qu’il signe chez le mythique label Verve. Un voyage à travers onze titres guidé par le profond désir de dépeindre, non sans romantisme, les promesses et les déboires de son pays d’adoption : les États-Unis.

Écouter ici.


eliasse-amani-way

Amani Way 
Eliasse

Le musicien et chanteur comorien Eliasse nous ballade au fil de chansons fortes dans un univers blues rock mené de mains de maîtres par ses acolytes Jérémy Ortal à la basse et de Fred Girard à la batterie. On retrouve également le duo mythique de Touré Kunda ainsi que le groupe réunionnais de maloya nomade Saodaj’. Sur Amani Way, Eliasse aborde sous différents angles la situation compliquée de l’archipel, ses maux endémiques et ses drames comme les noyades des candidats aux kwassas, ces embarcations de fortune qu’empruntent les « clandestins ».

Écoutez ici.


Lire ensuite : Habibi Funk, le label qui joue à cache-cache dans la médina